Un nourrisson a été vacciné contre le Covid par erreur en Turquie

ATS

24.9.2021 - 07:16

Un nouveau-né d'un mois a été vacciné «par erreur» en Turquie contre le Covid-19, mais il se porte bien depuis, a révélé jeudi un médecin qui l'a suivi. Ce premier cas connu de vaccination d'un nourrisson dans le monde a suscité un vif émoi.

ATS

24.9.2021 - 07:16

Vaccination of an infant by a paediatrician at the Lindenpark Children's Centre in Baar, Switzerland, photographed on July 26, 2019 in Baar. (KEYSTONE/Christian Beutler)

Impfung eines Saeuglings durch einen Kinderarzt im Kinderzentrum Lindenpark, aufgenommen am 26. Juli 2019 in Baar. (KEYSTONE/Christian Beutler)
Le professionnel de santé qui a administré le vaccin dans la région d'Izmir s'est rendu immédiatement compte de l'erreur et a alerté les autorités. (image d'illustration)
KEYSTONE

L'enfant a reçu un vaccin contre le SARS-CoV-2 «en juillet au lieu de recevoir un vaccin contre l'hépatite», a indiqué l'infectiologue pédiatrique de l'université d'Egée, qui continue à suivre l'enfant.

Selon le médecin, le professionnel de santé qui a administré le vaccin dans la région d'Izmir s'est rendu immédiatement compte de l'erreur et a alerté les autorités. Transféré à l'hôpital universitaire d'Egée, le nouveau-né a subi plusieurs examens, y compris de son rythme cardiaque.

Placé sous surveillance médicale, les médecins n'ont constaté aucun effet négatif après une semaine.

En parfaite santé

«Il a quitté l'hôpital comme il est arrivé, en parfaite santé [...] Il n'a même pas eu les effets secondaires que l'on observe parfois chez les adultes, comme la fièvre. Il a continué d'être allaité sans aucun souci», a assuré le médecin, qui n'a pas souhaité révéler le nom du vaccin administré.

Aujourd'hui âgé de 4 mois, l'enfant continue d'être régulièrement examiné par l'infectiologue et est toujours en bonne santé. Des analyses ont montré qu'il a développé des anticorps contre le Covid-19.

Deux types de vaccins, celui de BioNTech-Pfizer et le CoronaVac sont actuellement utilisés en Turquie. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que des essais sont en cours, mais que «plus de preuves sur les effets à court et à long terme de l'infection par le SRAS CoV-2 chez les enfants, ainsi que sur le profil d'innocuité des vaccins chez [eux] sont nécessaires pour bien comprendre les avantages et les risques de la vaccination» sur de jeunes sujets.

Le laboratoire Pfizer a fait savoir cette semaine que des essais cliniques en cours sur les enfants portaient aussi sur des bébés à partir de 6 mois.

ATS