«Langya-Henipavirus»

Un nouveau virus se propagerait en Chine, selon Taïwan

La Rédaction de blue News

9.8.2022

Des chercheurs de Taïwan confirment l'apparition d'un nouveau virus en Chine. Selon ces scientifiques, le présumé agent pathogène «Langya» se transmettrait des animaux aux humains et serait similaire au coronavirus.

Faut-il craindre une nouvelle pandémie mondiale? (image d'illustration)
Faut-il craindre une nouvelle pandémie mondiale? (image d'illustration)
KEYSTONE

La Rédaction de blue News

9.8.2022

Plusieurs médias, dont le «Taipei Times», relaient l'information: ce nouveau virus, baptisé «Langya-Henipavirus», présenterait des caractéristiques semblables au coronavirus. 

Les scientifiques taïwanais indiquent que chiens et chèvres en sont les principaux vecteurs. Comme le rapporte le «Blick», une étude sur les animaux de compagnie et d'élevage aurait montré «que 2% des chèvres et 5% des chiens testés étaient positifs. Les souris seraient également porteuses du virus».

Parmi ses effets sur l'être humain, les spécialistes mentionnent une «défaillance des organes». Chuang Jen-hsiang, directeur adjoint du Centre de contrôle des maladies de Taïwan, déclare qu'en Chine, au moins 35 personnes auraient déjà contracté ce virus. Ce dernier est apparu dans les provinces chinoises du Shangdong et du Henan, est-il précisé.

Pas de décès

Les patients touchés souffriraient d'une forte fièvre. Tout comme observé avec le Covid, au moins la moitié des patients auraient ressenti de la fatigue, se seraient mis à tousser, auraient perdu l'appétit et accusé une diminution de leurs globules blancs. Toujours selon l'étude taïwanaise, plus d'un tiers des personnes touchées auraient développé «une insuffisance hépatique et 8% une insuffisance rénale».

Les henipavirus sont considérés comme une menace sérieuse «pouvant entraîner des maladies mortelles» chez l'être humain.

Chuang Jen-hsiang ajoute que les personnes infectées en Chine jusqu'ici n'ont pas eu de contact avec d'autres malades. Aucune transmission d'homme à homme n'a pu être établie par le traçage des personnes touchées. Enfin, jusqu'à maintenant, il n'y a pas de décès à déplorer.