Menace autour de l'Ukraine

Les familles des diplomates américains quittent Kiev

ATS

24.1.2022 - 00:34

Le gouvernement américain a ordonné dimanche aux familles des diplomates américains en poste à Kiev de quitter le pays «en raison de la menace persistante d'une opération militaire russe». Il a aussi déconseillé aux Américains de se rendre en Russie.

Le personnel local de l'ambassade américaine à Kiev peut quitter l'ambassade s'il le souhaite (archives).
ATS

ATS

24.1.2022 - 00:34

Le personnel local et le personnel non essentiel peut quitter l'ambassade de Kiev s'il le souhaite, a précisé le département d'Etat dans un communiqué. Les ressortissants américains résidant en Ukraine «devraient envisager maintenant» de quitter le pays par des vols commerciaux ou d'autres moyens de transport, a-t-il ajouté.

«La situation sécuritaire, notamment le long des frontières ukrainiennes, en Crimée occupée par la Russie et dans le Donetsk contrôlé par la Russie, est imprévisible et peut se détériorer à tout moment», précise le département d'Etat.

«Les ressortissants américains en Ukraine devraient savoir qu'une opération militaire russe où que ce soit en Ukraine affecterait gravement la capacité de l'ambassade américaine à fournir des services consulaires, y compris une assistance aux citoyens américains quittant l'Ukraine», prévient la diplomatie américaine.

Le ministère appelle la communauté américaine d'Ukraine à se renseigner sur «ce que le gouvernement américain peut faire ou non pour vous porter assistance pendant une crise à l'étranger».

Ambassade toujours ouverte

«Nous pensons qu'une invasion russe (...) peut se produire à tout instant», a déclaré à la presse une haute responsable américaine. «Les Etats-Unis ne seraient pas en position d'évacuer les citoyens américains dans ce cas de figure».

L'ambassade reste ouverte et la chargée d'Affaires Kristina Kvien «reste en Ukraine», a ajouté cette responsable ayant requis l'anonymat. Elle a refusé de préciser le nombre d'Américains sur le sol ukrainien, mais la sous-secrétaire d'Etat américaine Victoria Nuland avait évalué leur nombre entre 10'000 et 15'000 début décembre.

A Kiev, le ministre ukrainien de la Défense a annoncé dans un tweet l'arrivée de 80 tonnes d'armements «de nos amis aux Etats-Unis». «Et ce n'est pas fini», a ajouté Oleksii Reznikov.

Voyages en Russie déconseillés

Le gouvernement américain a également déconseillé aux ressortissants américains de se rendre en Russie «en raison de la tension à la frontière avec l'Ukraine». Le ministère a notamment justifié cette décision par «la possibilité d'un harcèlement des citoyens américains», en particulier par la police russe, et «une application arbitraire des lois locales».

«En raison de la présence militaire russe accrue et des exercices militaires en cours dans les régions frontalières avec l'Ukraine, les citoyens américains qui se trouvent dans les districts de la Fédération de Russie frontaliers de l'Ukraine devraient savoir que la situation le long de la frontière est imprévisible et que la tension s'accroît», précise le ministère.

«Vu la volatilité de la situation, les voyages terrestres de la Russie vers l'Ukraine dans cette région sont fortement déconseillés aux citoyens américains», conclut-il.

Le département d'Etat déconseille aussi tout voyage en Ukraine en raison de la possibilité d'une invasion russe, mais l'Ukraine était déjà déconseillée aux voyageurs américains en raison du Covid-19.

Vols commerciaux

Les Etats-Unis avaient déjà prévenu samedi qu'ils ne prévoyaient pas d'organiser une évacuation de leurs ressortissants en Ukraine, invitant les Américains dans le pays à utiliser des vols commerciaux.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken discutera lundi en visioconférence avec les membres de l'UE à Bruxelles des «pourparlers francs» qu'il a tenus vendredi avec son homologue russe Sergueï Lavrov. Russes et Américains sont convenus d'un nouveau rendez-vous, et Antony Blinken s'est engagé à «coucher des idées sur le papier» en réponse aux demandes de Moscou.

Les Occidentaux accusent la Russie d'avoir déployé plus de 100'000 soldats aux frontières de l'Ukraine pour préparer une invasion de cette ancienne république soviétique. La Maison Blanche a prévenu que la Russie pouvait lancer son offensive «à tout moment».

Le Kremlin dément toute intention belliqueuse mais conditionne une désescalade à des traités garantissant le non-élargissement de l'Otan, en particulier à l'Ukraine, et un retrait de l'Alliance atlantique d'Europe de l'Est.

ATS