L'ambassadeur russe à Kaboul va rencontrer les talibans mardi

ATS

16.8.2021 - 10:20

L'ambassadeur de Russie à Kaboul va rencontrer les talibans mardi, a annoncé lundi l'émissaire du Kremlin pour l'Afghanistan, Zamir Kaboulov, précisant que Moscou allait décider de reconnaître ou non le nouveau pouvoir afghan en fonction de ses «agissements».

ATS

16.8.2021 - 10:20

epa09415593 Taliban gather for a meeting at a park in Mazar-e-Sharif, Afghanistan, 15 August 2021. The Taliban entered Kabul on 15 August, despite having initially claimed they would not come in until a transfer of power was agreed upon, while President of Afghanistan Ashraf Ghani left the country.  EPA/STRINGER
La reconnaissance ou non par la Russie du nouveau pouvoir afghan «va dépendre de ses agissements», déclare l'émissaire du Kremlin pour l'Afghanistan, Zamir Kaboulov. (archives)
KEYSTONE

«L'ambassadeur russe (Dmitri Jirnov) est en contact avec les talibans, demain, il va rencontrer leur coordinateur pour la sécurité» pour évoquer notamment les questions liées à la sécurité de l'ambassade de Russie à Kaboul, a indiqué M. Kaboulov à la radio Echo de Moscou.

Les talibans «assurent déjà la sécurité du périmètre extérieur de l'ambassade russe. Demain, ils vont discuter des détails pour le long terme», a-t-il précisé. Selon M. Kaboulov, la reconnaissance ou non par la Russie du nouveau pouvoir afghan «va dépendre de ses agissements».

«Nous allons regarder attentivement à quel point leur approche de la gouvernance du pays sera responsable (...). Et les autorités russes vont en tirer les conclusions nécessaires», poursuit le diplomate russe.

«Une surprise»

La Russie avait déjà indiqué dimanche ne pas envisager une évacuation de son ambassade à Kaboul, en assurant avoir reçu des «garanties» de la part des talibans quant à la sécurité de sa mission diplomatique. «Aussi étonnant que ce soit, la situation est calme actuellement» à Kaboul, a assuré M. Kaboulov.

L'Afghanistan se trouvait lundi aux mains des talibans après l'effondrement des forces gouvernementales et la fuite à l'étranger du président Ashraf Ghani. La vitesse à laquelle les talibans ont pris le pouvoir a été «une surprise» pour la Russie, a reconnu M. Kaboulov. «Nous avons sur-estimé les forces armées de l'Afghanistan», a-t-il ajouté. «Et ils ont tout lâché dès le premier tir».

ATS