Une élue anti-pass lance sa formation «Ensemble pour les libertés»

ATS

15.9.2021 - 07:14

La députée anti-pass sanitaire Martine Wonner, exclue de son groupe à l'Assemblée nationale après des propos appelant à «envahir» les permanences des parlementaires, a lancé en Alsace sa propre formation baptisée «Ensemble pour les libertés».

France voisine
ATS

ATS

15.9.2021 - 07:14

«Ce moment est un moment solennel, je lance 'Ensemble pour les libertés' (EPL) qui est une force de rassemblement», a déclaré Mme Wonner lors d'une conférence de presse mardi à Wiwersheim, village du Bas-Rhin au coeur de sa circonscription, où une trentaine de partisans étaient venus la soutenir.

«Ce n'est ni un mouvement, ni un parti politique» mais une «force de rassemblement citoyenne parce que depuis de très longs mois, les citoyens qui se mobilisent toujours plus nombreux, partout en France, le demandent», a expliqué cette ex-membre du groupe Libertés et territoires, désormais non inscrite à l'Assemblée.

Cinq axes de réflexion la structurent: santé, économie, «faire société», les territoires et le numérique, a détaillé Mme Wonner, sans préciser dans l'immédiat le nombre d'adhérents.

Les citoyens sont «dans le rejet des partis politiques actuels», a-t-elle poursuivi. «Ce rassemblement défend une vision particulière et des valeurs (...) de bienveillance et de respect pour tous les citoyens, quelles que soient leurs décisions», a ajouté Mme Wonner, expliquant que EPL entendait défendre «toutes les libertés».

Obligation vaccinale dès mercredi

«Nous sommes à la veille du 15 septembre. Demain, des soignants (...), des pompiers, n'auront plus le droit d'exercer leur métier (...) Dans quel pays vivons-nous?», a-t-elle poursuivi, alors que l'obligation vaccinale les concernant entre en vigueur mercredi.

Cette loi, qui s'applique selon elle «comme un couperet», va l'empêcher d'exercer à l'association où cette psychiatre de formation continue de consulter quelques heures par semaine, a-t-elle dit.

«Je ne suis pas 'antivax', je ne l'ai jamais été et je ne le serai jamais», a toutefois insisté Mme Wonner, avant de fustiger la «dérive liberticide» du gouvernement depuis mars 2020.

Exclue du parti présidentiel

EPL «aura une candidate aux législatives», a-t-elle encore assuré, sans autres précisions, alors qu'on lui demandait si elle allait se représenter aux législatives de 2022.

Ex-frondeuse de la majorité présidentielle, élue sous l'étiquette LREM en 2017, Martine Wonner, 57 ans, avait été mise au ban du parti présidentiel en mai 2020 après avoir voté contre le plan de déconfinement.

Coutumière des déclarations controversées, elle a provoqué récemment un nouveau tollé en appelant «à faire le siège des parlementaires», conduisant son groupe Libertés et territoires à l'exclure.

ATS