Craintes de pénurie

C'est chaud pour l'huile d'olive!

Relax

9.8.2022 - 11:30

Après la moutarde et les pois chiches, l'huile d'olive alimente toutes les conversations. La récolte d'olives est en effet sérieusement menacée par la sécheresse qui fait suer les producteurs de tout le pourtour méditerranéen. Mais, il ne faut pas croire que la situation n'est que le résultat de ces dernières vagues de chaleur. On vous explique.

En Espagne, le climat n'a pas été aussi aride depuis un millénaire, ce qui met sérieusement en danger la production d'huile d'olive.
En Espagne, le climat n'a pas été aussi aride depuis un millénaire, ce qui met sérieusement en danger la production d'huile d'olive.
Getty Images / fcafotodigital

Relax

9.8.2022 - 11:30

Elle permettrait d'augmenter notre espérance de vie. Dans les faits, d'après des chercheurs américains qui ont publié leur étude dans «Journal of the American College of Cardiology», une demi-cuillère à soupe par jour suffirait à réduire le risque de décès cardiovasculaires de 19% chez les moins de 30 ans. Grâce à elle, on pourrait aussi réduire de 29% le risque de développer une maladie neurodégénérative. Elle, c'est l'huile d'olive. Maillon fort du régime méditerranéen, cette matière grasse végétale qui permet de réguler le taux de mauvais cholestérol s'avère hautement recommandée pour rester en bonne santé.

C'était sans compter sur l'explosion de son prix. Dans un rayon des magasins Tesco au Royaume-Uni, le litre est passé de 2,85 livres à 7,05 livres en seulement quatre semaines. En France, l'étude A3Distrib publiée par les éditions Dauvers il y a quelques jours révélait les vingt produits de grande consommation les plus inflationnistes depuis le début de l'année. Au sein de ce classement se trouvait l'huile d'olive de la marque Puget, dont le prix de la bouteille d'un litre a flambé de 25%. Comme nous l'expliquait le cabinet NielsenIQ, il ne faudrait pas tomber dans le travers de considérer la guerre en Ukraine comme l'explication majeure de cette hausse de prix.

Pourquoi l'huile d'olive coûte plus cher

Il faut davantage regarder du côté des Nations Unies, et précisément de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture afin de saisir des premiers éléments de réponse. Début février dernier, la FAO annonçait que «les prix alimentaires mondiaux ont rebondi en janvier et sont restés proches de leurs niveaux les plus élevés depuis dix ans, grâce à un bond de l'indice des huiles végétales et des produits laitiers». Et de préciser «l'indice des huiles végétales, qui a été le moteur du rebond de ce début d'année a augmenté de 4,2% en janvier en glissement mensuel. Il a ainsi atteint des niveaux record, sous l'effet conjugué de la réduction des disponibilités à l'exportation ainsi que d'autres contraintes liées à l'offre, notamment les pénuries de main-d'œuvre et les conditions météorologiques défavorables. [...] Les cotations de toutes les principales huiles ont augmenté, également sous l'effet de la hausse des prix du pétrole brut».

En matière de météo, quand il s'agit de parler d'oléiculture, il ne faut pas en effet imaginer que les oliviers sont capables de vivre sous des chaleurs extrêmes. L'espèce apprécie le climat chaud et sec, c'est vrai. Mais, cela n'induit pas qu'elle n'a pas besoin d'un peu d'eau pour continuer à donner des fruits. La preuve, dans son bulletin de juin et juillet, l'association française interprofessionnelle de l'olive confie s'attendre à une récolte réduite de moitié. En cause: une sécheresse qui intervient au pire moment, c'est-à-dire à la floraison, et un «manque de pluies hivernales [qui] a fragilisé certaines ressources locales».

Malheureusement, il n'y a pas que cela. France Olive alerte aussi des ravages que peuvent faire les mouches à olive. «Les larves creusent des galeries dans les fruits, entrainant leur chute. De plus, elles piquent les fruits favorisant l’apparition de la dalmaticose, une maladie fongique pouvant causer des pertes de récoltes importantes» explique l'interprofession. Heureusement, les oléiculteurs disposent d'outils pour contrer les attaques, ce qui n'est pas le cas de la xylella fastidiosa. On l'appelle la bactérie tueuse d'oliviers. C'est dire... Elle a été détectée dans le Gard en novembre, ce qui n'était pas arrivé depuis 2020. A ce jour, il n'existe aucun moyen d'éradiquer cette maladie qui provoque le desséchement et parfois la mort de l'olivier. En France, on a conscience depuis 2015 des conséquences dramatiques de cette contamination que peuvent transporter plus de 70 espèces d'insectes.

En Italie, c'est déjà un sujet dans la région des Pouilles qui produit généralement la moitié de l'huile d'olive transalpine. En 2020, le pays avait produit 270.000 tonnes d'huile d'olive, soit 26% de moins par rapport à 2019. La faute à cette bactérie, mais aussi à la sécheresse.L'Italie n'a pas connu unetelle situation climatique depuis 70 ans. Les récoltes d'olives italiennes pourraient être affaiblies de 30% cette année.

En face de la botte, côté ouest, l'Espagne aussi s'alarme. Le climat n'aurait pas été aussi aride depuis un millénaire, d'après des estimations publiées dans la revue Nature Geoscience. Le contexte est tel que le ministre de l'agriculture espagnol a confié au journal Bloomberg que «la récolte d'olives de cette année pourrait être nettement inférieure aux précédentes». Les fortes chaleurs obligeraient aussi les oléiculteurs à procéder à une récolte plus précoce, ce qui aurait un impact négatif sur la qualité des olives...

Relax