Êtes-vous un petit génie de l'informatique qui s'ignore? 

La Rédaction de Blue News

1.6.2021

Le 6 juillet prochain, l'Ecole 42 ouvrira ses portes à Lausanne. Quelque 200 à 300 étudiants y seront formés au développement informatique. Particularité: un fonctionnement participatif, sans cours ni profs, basé sur le partage de connaissances.  

La Rédaction de Blue News

1.6.2021

Pour intégrer cette école d'un genre nouveau, imaginée en 2013 par le milliardaire français Xavier Niel, nul besoin d'avoir suivi de grandes écoles ou d'être bardé de diplômes. Tout le monde peut se frotter à un questionnaire en ligne, d'une durée d'environ deux heures. 

Aujourd'hui, plus de 1'000 personnes intéressées par le codage ou le développement informatique ont déjà tenté leur chance. Entre 200 et 300 élèves, si possible autant de femmes que d'hommes, seront retenus pour participer au programme dès la rentrée de septembre.  

Le cursus est entièrement gratuit, ce concept de nouveau campus étant exclusivement soutenu par des mécènes et sponsors, tels que Swisscom, Open Web Technology ou encore QoQa. Il vise notamment des amateurs de jeux vidéos, possédant souvent déjà de nombreuses aptitudes dans le domaine, mais aussi des employés en reconversion professionnelle, des apprentis ou des mères de famille désireuses de reprendre une activité professionnelle après la naissance de leur premier enfant. 

Apprentissage en ligne et entre pairs

Mais comment apprendre en l'absence de professeurs, de cours ou même de notes? La formule mêle pédagogie en ligne et échanges entre étudiants, afin de permettre à ces derniers «de libérer leur créativité grâce à l’apprentissage par projets et de développer des compétences techniques et sociales proches des conditions réelles dans les entreprises du numérique», communiquent les porteurs du concept.

Interrogé par la RTS en janvier dernier, le président du projet romand Serge Reymond détaillait: «L'objectif est d'aller chercher les gens dont c'est la passion et qui ont le plus de chances de réussir.» La sélection de base, avec le test en ligne, est une première étape de large tri parmi les appelés.

«Une fois que vous êtes sélectionnés, vous êtes mis en conditions pendant un mois dans une 'piscine' avec l'ensemble des candidats à cette école. Et là, on peut juger de vos capacités à résoudre des problèmes en équipe et à progresser avec cette pédagogie», ajoutait l'intéressé. Il va de soi que le terme «piscine» évoque une immersion dans «le grand bain du code». C'est cette expérience commune qui sera déterminante pour l'admission.

Des places à prendre, aussi pour les femmes

En septembre dernier, l’association ICT-Formation professionnelle Suisse tirait la sonnette d'alarme: «Si davantage d’efforts ne sont pas fournis pour améliorer les capacités de formation, la Suisse connaîtra d'ici 2028 une pénurie de 35’800 spécialistes en technologies de l’information et de la communication», prévenait-elle, se basant sur une étude bisannuelle réalisée par ses soins.

Il y a donc des places de travail à prendre dans le secteur. Toujours au micro de la RTS, Serge Reymond abonde: «C'est une réalité depuis de nombreuses années, dans de nombreux pays du monde. On a une transformation numérique qui est gigantesque et qui nécessite beaucoup de personnes qualifiées dans ce domaine.»

L'entrepreneuse Elodie Djuric, fondatrice de la start-up Jobset.io, a rejoint l'équipe fondatrice de l'Ecole 42 à Lausanne. Son ambition affichée est de «remédier à la pénurie de talents dans le numérique», notamment en encourageant les femmes, par divers biais, à s'y lancer.