Le canton de Genève offre un sursis à ses cerfs

ATS

23.3.2021 - 09:22

ATS

23.3.2021 - 09:22

Le canton de Genève ne va pas procéder pour l'instant à des tirs de régulation de cerfs, pour faire face à leur prolifération. D'autres mesures peuvent encore être prises avant d'en arriver à cette extrémité. L'abattage des animaux ne doit être envisagé que comme «ultime recours», relève mardi le département du territoire.

Les cerfs sont très nombreux dans les bois de Versoix. Ils représentent un danger pour les usagers de la route (archives).
ATS

Au bout du lac, les cerfs vivent notamment en grand nombre dans les bois de Versoix. Une trop forte concentration d'animaux provoque des dégâts dans les cultures et met en danger les usagers de la route. La forêt souffre aussi de cette situation qui met en danger l'équilibre entre les espèces naturelles et animales.

Toutefois, une marge de manoeuvre «limitée» existe actuellement, permettant d'éviter de devoir tirer des cerfs, estime le département du territoire. Il s'agira de poursuivre le travail sur les connexions biologiques ou de maintenir un nombre suffisant de sanctuaires forestiers répartis sur les bois de Versoix-Collex.

«Si la population de cerfs continue à croître massivement, il faudra quand même en venir aux tirs de régulation», a néanmoins averti le conseiller d'Etat genevois Antonio Hodgers dans une interview accordée mardi à la Tribune de Genève. Le magistrat veut «à tout prix éviter que la situation ne devienne incontrôlable».