Le président de la Confédération rend visite au pape François

su, ats

6.5.2021 - 16:08

su, ats

6.5.2021 - 16:08

Le président de la Confédération Guy Parmelin a rencontré jeudi le pape François au Vatican. Il devait assister, avec les présidents des Chambres fédérales Andreas Aebi et Alex Kuprecht, à la prestation de serment de trente-quatre nouveaux gardes suisses.

«Ce matin au Vatican , j’ai eu l’honneur de m’entretenir avec le pape François», a indiqué le Vaudois sur Twitter. Il a ensuite échangé avec le cardinal secrétaire d'Etat Pietro Parolin. Lors de ces entretiens, il a notamment été question «du généreux service de la Garde suisse pontificale», ainsi que des bonnes relations entre la Suisse et le Vatican, selon un communiqué du Vatican.

Cette visite a lieu le jour où les nouvelles recrues de la Garde suisse pontificale devaient prêter serment. En raison de la pandémie, le nombre d'invités a été réduit au strict minimum, afin de diminuer autant que possible le risque d'une infection, a précisé la Garde suisse pontificale dans un communiqué.

Seuls les parents, les frères et sœurs des gardes prêtant serment ainsi que les familles des gardes actifs ont été autorisés à être présents. Il n'y a pas de canton invité d'honneur.

Dans la matinée, lors d'une messe célébrée en la basilique Saint-Pierre, le cardinal Pietro Parolin avait rendu hommage aux gardes suisses, «non seulement pour leur précieux service, mais aussi pour la manière dont ils l'assurent».

«Grande force d'esprit»

Dans leur serment, les gardes suisses promettent de se dévouer de toutes leurs forces au service du pape, en sacrifiant leur vie si nécessaire. «Cela exige évidemment une grande foi, cela exige une grande force d'esprit, afin que l'indispensable discipline extérieure soit unie à une discipline intérieure tout aussi essentielle», a souligné Pietro Parolin.

«Je jure de servir fidèlement, loyalement et honorablement le pontife régnant et ses successeurs légitimes, de me consacrer à eux de toutes mes forces, en sacrifiant, si nécessaire, ma vie pour leur défense», ont déclaré les 34 recrues l'une après l'autre, chacun dans sa propre langue (23 en allemand, 8 en français, 2 en italien et un en romanche). Les gardes portaient le «Gran Gala», l'uniforme avec armure, porté pour la bénédiction papale «Urbi et Orbi», à Noël et à Pâques.

Recevant les nouveaux hallebardiers en audience, le Pape François a exprimé sa «grande reconnaissance» pour «le fait que les jeunes choisissent de consacrer quelques années de leur existence dans une généreuse disponibilité au successeur de Pierre et à la communauté ecclésiale».

Il a adressé «des vœux sincères aux jeunes recrues «, en espérant «qu'elles pourront avoir des expériences spirituelles et humaines fructueuses tant au Vatican que dans la ville de Rome «. «Que ces années que vous passerez ici soient l'occasion d'un approfondissement de votre foi et d'un amour encore plus fort pour l'Église», a-t-il dit.

Sac de Rome

Comme chaque année, la cérémonie d'assermentation des nouveaux gardes a eu lieu un 6 mai, en mémoire des 147 soldats tués en protégeant Clément VII lors du sac de Rome en 1527.

La garde pontificale a été créée en 1506 par le pape Jules II. Depuis 2018, la «plus petite armée du monde» a vu ses effectifs augmenter progressivement de 110 à 135 hommes. Actuellement, les cantons de Saint-Gall et du Valais sont les mieux représentés, avec 16 gardes chacun, suivis de Lucerne (13).