Les Romands font tout leur possible pour le Téléthon

par Valérie Passello

5.12.2020

Même si 60% des manifestations habituelles tombent à l'eau en raison de la crise sanitaire, des actions en faveur du Téléthon ont tout de même lieu à travers la Suisse romande ce week-end. 

En cette année particulière, les bénévoles concentrent principalement leurs actions sur la vente des peluches "Jumpy".
Téléthon2020

"D'habitude, on fait tout pour que les gens restent et passent un bon moment avec nous. Mais cette année, c'est tout le contraire: le but est qu'ils achètent une peluche et qu'ils repartent. C'est triste, mais c'est comme ça", déplore Florian Masini. Dans son canton, Neuchâtel, à l'instar de Genève, les pompiers ne peuvent pas se réunir, par principe de précaution. C'est donc l'amicale des pompiers Val-de-Ruz ouest qui assure la vente de "Jumpy", le kangourou mascotte de ce Téléthon 2020. 

Historiquement, les pompiers ont toujours participé à la récolte de fonds du Téléthon, remarque Leena Fasola, responsable du centre de coordination national de la Fondation Téléthon Action Suisse: "Les pompiers sont là pour la population, y compris pour celle qui nous concerne et qui est parfois un peu oubliée. Nous avons une belle collaboration. Et tout le monde est gagnant, car les actions que mènent les pompiers pour le Téléthon leur permettent aussi de promouvoir leur activité auprès du grand public."

De la créativité pour mieux aider

Membre du comité Téléthon Genève et maman d'un enfant atteint d'une maladie rare, Céline Bartlome Elisarov veut rester optimiste: "Les bénéficiaires ont besoin plus que jamais de cette aide. Le coronavirus a provoqué un plus grand isolement, a entraîné l'annulation des camps et des activités de loisirs et a rendu encore plus difficile l'accès à certaines thérapies. Mais cette année nous a aussi ouvert les yeux sur des manières de faire différentes, nous a appris à réagir et à trouver de nouvelles ressources en étant créatif."

À Genève, outre les commerces qui se mobilisent pour vendre des peluches, quelques initiatives privées sont à relever. Comme cette personne qui a acheté une vingtaine de petits kangourous, afin qu'ils soient distribués à des enfants hospitalisés.  L'appel aux dons directs est aussi lancé via les réseaux.

Le club d'échecs genevois, lui, devait organiser ce week-end un simultané avec le champion Vladimir Kramnik en faveur du Téléthon. Ce n'est que partie remise, puisque l'événement a été reporté au 21 mars 2021.

Du côté d'Yverdon, le Club-service Table Ronde 27 y met aussi du sien, en organisant une vente de vin. Membre du club, Samuel Jaccard raconte: "Cette année, notre président a choisi de soutenir le Téléthon, car l'une de ses collègues a un enfant touché par une maladie rare. En général, la quinzaine de membres de Table Ronde 27 parvient à vendre de quoi faire un don de 10'000 à 12'000 frs à l'association choisie." 

Livraison assurée...par les pompiers!

Une peluche du Théléthon comme cadeau, livrée par les pompiers devant sa maison. C'est la surprise qu'a eue un petit garçon pour son anniversaire. "Je pense qu'il n'est pas prêt de l'oublier", sourit David Vaquin, le commandant des pompiers de Sion. 

Les habitants de la capitale valaisanne peuvent écrire un mail aux soldats du feu (telethon@pompiers-sion.ch) pour qu'ils viennent en personne livrer une peluche. Soit en camion devant leur domicile pour 30 frs, soit sur leur pas de porte, de la main d'un sapeur-pompier en tenue complète et muni d'un appareil respiratoire pour 50 frs, soit carrément à la fenêtre, avec l'aide du camion-échelle pour 100 frs.

"Cette idée cartonne, nous avons une trentaine de demandes en cours, ajoute David Vaquin. Nous devrions poursuivre l'opération jusqu'aux fêtes." Pour les pompiers sédunois, il s'agit aussi d'un excellent exercice, qui leur permet de mieux connaître la ville et d'entraîner les manoeuvres dans des lieux parfois difficiles d'accès. Ambitieux, le commandant vise le cap des 1'000 peluches vendues.

À Courtedoux, dans le Jura, les pompiers ne proposeront pas de livraison, mais profiteront d'inaugurer leur nouveau bus pour la vente de "Jumpy" dans le village. Le commandant du corps Mathieu Chaboudez relève: "D'habitude, nous organisons une soirée fondue. Espérons que ce sera possible l'année prochaine!"

"Si nous dépassons le million, nous serons contents"

Ce ne sont pas moins de 60% des manifestations habituelles qui passent à la trappe cette année en raison de la crise sanitaire. Le revenu généré par la récolte de fonds en faveur du Téléthon pourrait ainsi diminuer de moitié. Celui-ci s'élevait à 1,9 million en 2019. "Si nous dépassons le million en 2020, nous seront déjà contents", soupire Leena Fasola.  

L'année prochaine sera faite de choix et de réflexions, poursuit la coordinatrice: "Devra-t-on arrêter de soutenir des projets de recherche, au risque de ne pas avoir de traitement pour certaines maladies? Qu'adviendra-t-il des proches aidants qui en font déjà tellement? En Suisse, le système associatif ne devrait pas se substituer au système de santé. De grandes questions vont se poser et il faudra rapidement y apporter des réponses."    

Le soutien du Théléton, la fribourgeoise Stéphanie Fidanza en a directement bénéficié: "Je suis une personne atteinte de myopathie et ma soeur jumelle souffre de la même maladie. Nous sommes toutes les deux très actives pour le Téléthon." Les soeurs préparent toute l'année des objets de décoration de noël et des confitures pour garnir leur stand "Artisathon". Celui-ci est installé à Fribourg-centre jusqu'à samedi soir. 

"Grâce au Téléthon, j'ai pu avoir une aide financière pour un appareil qui me stimule les bras. Un moyen auxiliaire dont l'achat n'était pas couvert par l'assurance-maladie", témoigne Stéphanie Fidanza.  

Retour à la page d'accueil