Si l’évolution est positive, l’automne pourrait tout chambouler

ATS

21.9.2021

ATS

21.9.2021

Le nombre d'hospitalisations et d'infections au coronavirus est actuellement en légère baisse, a déclaré mardi devant la presse Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force scientifique de la Confédération. Elle lie cette amélioration au recul du nombre de personnes de retour de voyage à l'étranger.

Samia Hurst, Vice-presidente, National COVID-19 Science Task Force spricht an einem Point de Presse zu Covid 19, am Dienstag, 21. September 2021. (KEYSTONE/Anthony Anex)
Samia Hurst est vice-présidente de la Task Force scientifique de la Confédération.
KEYSTONE

Avec l'arrivée des jours plus frais et le changement de comportement des gens, on peut toutefois supposer que le nombre d'infections au coronavirus va augmenter à l'automne, prévient la professeure de l'Université de Genève. L'incertitude, couplée à une couverture vaccinale trop faible, empêche donc une levée des mesures de restriction.

Selon le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) Patrick Mathys, le taux d'occupation de soins intensifs reste «à un niveau très élevé» malgré une évolution positive de la pandémie en Suisse. Les trois quarts des lits sont occupés, dont 30% par des patients infectés par le coronavirus.



Les jeunes de 10 à 19 ans touchés

Ce sont principalement les jeunes de 10 à 19 ans qui sont touchés. Comme la couverture vaccinale augmente dans cette catégorie, il faut donc s'attendre à une nouvelle baisse des admissions à l'hôpital à court terme, a indiqué M. Mathys au cours du point de presse des experts de la Confédération.

Mme Hurst rappelle par ailleurs que neuf hospitalisations sur dix peuvent être évitées par la vaccination. Et d'ajouter qu'en Suisse, jusqu'à 40'000 hospitalisations pourraient être évitées si toutes les personnes qui ne sont pas encore vaccinées l'étaient.

Pfizer/BioNTech a récemment communiqué sur la sécurité de ses vaccins pour les 5-11 ans, a encore indiqué Samia Hurst. «Les données doivent encore être examinées par la communauté scientifique, mais le profil de sécurité est favorable et la réponse immunitaire des enfants robuste». La perspective de faire vacciner se rapproche également pour ce groupe d'âge.

Une lourde pression psychique pèse sur les enfants

La pandémie fait d'ailleurs peser une lourde charge psychologique sur les enfants et les adolescents, indique Alain Di Gallo, spécialiste de la psychologie de l'enfant et de l'adolescent, également membre de la Task force scientifique. Leur santé mentale s'est considérablement détériorée en raison de la pandémie.

Chez les enfants, la défiance, l'agressivité et l'hyperactivité sont très courantes. Et chez les adolescents, l'anxiété et la dépression ont augmenté.

Importance de la routine

Une routine quotidienne régulière est importante pour les enfants et les adolescents. Les écoles ouvertes constituent une base importante à cet égard.

Le variant delta étant très contagieux, tous les habitants de la Suisse sont susceptibles d'être infectés à un moment ou à un autre. Cependant, les enfants de moins de 12 ans ne peuvent pas encore être protégés contre une maladie grave par la vaccination.

C'est pourquoi des mesures de protection restent nécessaires dans les écoles. Des tests réguliers, le port du masque, une aération régulière et l'utilisation de capteurs de CO2 devraient éviter la fermeture des écoles et la mise en quarantaine.

Certificat obligatoire pour accéder au Palais fédéral

  • De son côté, le Palais fédéral à Berne ne devrait être accessible qu'avec un certificat Covid à partir du 2 octobre. La commission des institutions politiques du Conseil des Etats a élaboré son projet. Le Parlement se prononcera la semaine prochaine.