Mode & Beauté

Le sentiment de solitude renforcé pendant le confinement

CoverMedia

25.9.2020 - 17:19

Portrait of serious senior man at the window When: 21 Feb 2018 Credit: Uwe Umstätter/Westend61/Cover Images
Source: Uwe Umstätter/Westend61/Cover I

Le confinement a des effets délétères sur la santé mentale. Et, selon une étude menée par des chercheurs de l’université Queen de Belfast sur la population du Royaume-Uni et en libre accès sur Plos One, ce sont les jeunes et les dépressifs qui sont le plus impactés.

Le sentiment de solitude des habitants du Royaume-Uni, comme celui des Français, a considérablement augmenté depuis le début du confinement dû à la Covid-19. Des psychiatres, psychologues et médecins ont commencé à se pencher sur les conséquences de ces mois de solitude sur la santé psychique des personnes âgées, et aussi de tout un chacun. Des chercheurs de l'université Queen de Belfast ont mené une véritable enquête sur les effets du confinement durant le premier mois en Grande-Bretagne.

L’étude publiée en accès libre dans Plos One, montre que les personnes qui devaient s'isoler socialement pendant le confinement ont souffert d'un sentiment accru de solitude, ce qui a pu affecter leur santé mentale à long terme.

L'équipe d'experts a mené une enquête en ligne pour recueillir des données sur plus de 1 900 adultes britanniques, âgés de 18 à 87 ans, pendant le premier mois de confinement – du 23 mars au 24 avril 2020. Les participants ont répondu à des questions sur la solitude, la santé et leur état par rapport à la Covid-19.

La majorité des personnes participant à l'étude avaient un emploi, pour la plupart étaient blancs, et 70 % étaient des femmes.

Plus d'un quart des personnes interrogées ont été définies comme ayant un score élevé sur l'échelle de la solitude, 70 % des participants déclarant se sentir isolés, laissés de côté ou manquer de compagnie.

Les chercheurs ont identifié une série de facteurs de risque de souffrir de la solitude, notamment le fait d'appartenir à un groupe d'âge plus jeune, être divorcé ou séparé, être sujet à la dépression et de ne pas bien dormir la nuit.

Un soutien social accru, tel que le fait d'être marié ou de cohabiter avec un partenaire, a contribué à réduire le risque ressentir la solitude.

L'autrice de l'étude, Jenny Groarke, a déclaré que la solitude est un problème de santé publique important, et qu'il faudrait en faire davantage pour cibler les personnes les plus vulnérables pendant la pandémie qui est toujours en cours.

« Nos résultats suggèrent que les soutiens et les interventions visant à réduire la solitude devraient donner la priorité aux jeunes, à ceux qui présentent des symptômes de santé mentale et aux personnes socialement isolées, a-t-elle expliqué. Les soutiens visant à améliorer la régulation des émotions, la qualité du sommeil et à accroître le soutien social pourraient réduire l'impact des réglementations d’isolement sur les résultats en matière de santé mentale. »

Retour à la page d'accueil

CoverMedia