"Les Noirs sont plus racistes que les Blancs" - Ecclestone dérape

Teleclub NL

27.6.2020

Interrogé sur la lutte contre le racisme lors d'une interview à "CNN Sports", Bernie Ecclestone a tenu des propos controversés qui ont fait bondir la Formule 1, ainsi que Lewis Hamilton.

Ancien patron de la F1, Bernie Ecclestone a affirmé que "dans de nombreux cas, les Noirs sont plus racistes que les Blancs".
Keystone

Alors que la lutte contre les problèmes liés au racisme dans le monde est au centre de l'actualité depuis plusieurs semaines suite à la mort tragique de George Floyd, l'ex-patron de la Formule 1 Bernie Ecclestone a tenu des propos accablants sur le sujet lors d'une interview accordée à "CNN Sports".

Interrogé vendredi sur la question par le média américain, l'homme d'affaire britannique a ainsi affirmé que "dans de nombreux cas, les Noirs étaient plus racistes que les Blancs".

Le Britannique de 89 ans, qui deviendra prochainement père pour la quatrième fois, a ensuite fait part ses doutes concernant l'engagement de Lewis Hamilton, qui a annoncé dimanche dernier vouloir lancer une commission sur la diversité dans le sport automobile. "Je ne pense pas que ça changera quoique ce soit en Formule 1", a-t-il indiqué.

"C’est stupide d’enlever toutes ces statues"

Dans ce même entretien, le natif d'Ipswich a également évoqué le mouvement "Black Lives Matter". Selon lui, la suppression de nombreuses statues de personnages incarnant un passé lié à la colonisation et à l'esclavage n'aurait jamais dû se produire.

"Je pense que c’est complètement stupide d’enlever toutes ces statues. Ils auraient dû les laisser là. Emmenez les enfants pour qu’ils regardent et étudient pourquoi elles sont là et ce que les gens ont fait et à quel point c’était mal ce qu’ils ont fait", a alors déclaré Ecclestone.

Ces déclarations ont logiquement fait bondir l'un des principaux intéressés: Lewis Hamilton. Le pilote de Mercedes a rapidement réagi sur son compte Instagram, en expliquant que ces "commentaires ignorants et sans éducation" ont "souligné exactement" ce qui n'allait pas dans sa discipline.

"Il est maintenant parfaitement logique que rien n'ait été dit ou fait pour rendre notre sport plus diversifié. Ou pour lutter contre les abus racistes que j'ai rencontrés au cours de ma carrière", a pesté le Britannique de 35 ans, qui s'est dit "triste et déçu".

"Si quelqu'un qui a dirigé ce sport pendant des décennies a un tel manque de compréhension des problèmes profondément enracinés auxquels nous, les Noirs, sommes confrontés au quotidien, comment pouvons-nous attendre de tous ceux qui travaillent sous ses ordres qu'ils le comprennent. Cela commence au sommet", a-t-il encore précisé.

La Formule 1 condamne

Le dérapage d'Ecclestone n'est également pas resté sans suite auprès de la Formule 1. Par l'intermédiaire de son patron Chase Carey, l'instance de la catégorie reine du sport automobile s'est, en effet, immédiatement désolidarisée des propos de son ancien argentier.

"Dans un moment où l’unité est nécessaire pour lutter contre le racisme et les inégalités, nous sommes totalement en désaccord avec les déclarations de Bernie Ecclestone qui n’ont pas leur place dans la Formule 1 ou la société", a-t-elle communiqué.

Avant de prendre ses distances avec son ex-dirigeant, qui a régné pendant 30 ans au sein de l'organisation: "M. Ecclestone n’a joué aucun rôle dans la Formule 1 depuis qu’il a quitté notre organisation en 2017, son titre honorifique de président émérite ayant expiré en janvier 2020."

Difficile donc d'imaginer revoir prochainement Bernie Ecclestone sur les paddocks...

Retour à la page d'accueilRetour au sport