Hippisme Balsiger se reconstruit avec Dubai

hle, ats

31.5.2022 - 10:53

No 3 de l'équipe de Suisse de saut d'obstacles derrière Steve Guerdat et Martin Fuchs, Bryan Balsiger devra cravacher ferme pour conserver sa place. Il n'a pas autant de montures de haut niveau à disposition que ses coéquipiers.

Bryan Balsiger veut conserver sa place de numéro trois
Bryan Balsiger veut conserver sa place de numéro trois
Keystone

hle, ats

31.5.2022 - 10:53

A l'approche du CSIO de St-Gall, durant le week-end, Balsiger fonde ses espoirs cette saison sur Dubai, son hongre de 13 ans qui doit lui permettre de garder son rang dans l'équipe de Suisse.

«Pour que je reste au top, Dubai devra démontrer toutes ses qualités. Je lui fais confiance. Il est rapide, il a du tempérament», dit-il.

En décodant un peu, on comprend que Dubai est un battant, plutôt émotif, qui doit s'efforcer encore de rester plus calme en compétition. Il doit gagner en fiabilité lors des grands rendez-vous. Début mai, au Prix des Nations de La Baule, il a démontré en avoir les moyens en ne commettant qu'une faute sur chaque passage.

Un choc

Le cavalier neuchâtelois doit surmonter le choc consécutif à l'accident, fin mars au CSI5* de Paris, de Twentytwo des Biches, son cheval de tête. La jument s'est fracturé la première phalange de l’antérieur gauche en tentant de franchir le dernier obstacle lors du Grand Prix. Elle a été opérée avec succès mais ne reviendra pas à la compétition.

Balsiger n'a pas autant de solutions de rechange que Steve Guerdat et Martin Fuchs, d'où la nécessité de pouvoir compter sur Dubai. Ses chevaux sont encore inexpérimentés. Ses fidèles Clouzot de Lassus ou Courage, qui l'ont accompagné durant des années, sont sur le déclin.

Heureusement, Bryan Balsiger peut s'appuyer sur des sponsors patients. «Le temps viendra où je disposerai à nouveau d'une écurie solide. J'ai déjà de jeunes chevaux prometteurs», relève le champion d'Europe par équipes. En tant que cavalier professionnel, le Neuchâtelois de 24 ans se projette plusieurs années en avance.

En attendant, Balsiger doit faire face à une concurrence interne exacerbée. Pius Schwizer dispose avec Vancouver d'un cheval de classe mondiale, et le jeune Edouard Schmitz (22 ans) pousse au portillon en s'appuyant sur Quno.

Encore là dans 25 ans

Le chef d'équipe Michel Sorg a sélectionné Martin Fuchs, Steve Guerdat, Martin Balsiger, Pius Schwizer et Edouard Schmitz pour défendre les couleurs suisses à St-Gall. Les résultats de ce Prix des nations auront leur importance à l'heure de choisir les cavaliers qui participeront aux Championnats du monde à Herning, au Danemark, en août. Outre les médailles individuelles et par équipes, ces joutes distribueront les premiers billets pour les JO 2024 à Paris. Il est important de poser ses jalons le plus tôt possible.

«Ma participation aux Mondiaux ne va pas de soi», relève Balsiger. La concurrence interne est saine à ses yeux: pas question de parler de «bagarre». L'équipe de Suisse est soudée et homogène. Le fait que Guerdat (avec le décès de Bianca l'été dernier) et Fuchs (avec l'accident de Clooney après les JO de Tokyo) aient eux aussi fait face à des drames a plutôt renforcé l'esprit de solidarité.

«Nous n'avoir pas seulement d'excellents cavaliers, mais aussi de très belles personnes. L'esprit d'équipe est très fort», souligne Michel Sorg.

Même si la place de no 3 de Bryan Balsiger semble en danger cette année, Sorg reste convaincu de son ''énorme potentiel». Le jeune cavalier sait garder les pieds sur terre, tout en étant ambitieux. Michel Sorg le voit bien faire partie de l'équipe dans 25 ans encore...

hle, ats