Un nageur quadri-amputé veut réaliser l'impossible

AFP

8.11.2021

AFP

8.11.2021

Le nageur français quadri-amputé Théo Curin, 21 ans, s'apprête à relever à partir de mercredi un défi inédit : une traversée à la nage de 122 km dans le lac Titicaca, à 3.800 mètres d'altitude entre la Bolivie et le Pérou.

Théo Curin (droite) sera accompagné pour ce défi de Malia Metella et de Matthieu Witvoet.
KEYSTONE

«Je voulais faire un défi qui n'avait jamais été fait», a déclaré le jeune nageur handisport lors d'une conférence de presse à La Paz la semaine passée. «En faisant des recherches sur le lac Titicaca, on s'est rendu compte qu'il y avait des défis assez exceptionnels, comme l'altitude et la distance», a précisé le sportif.

Théo Curin, qui avait terminé quatrième du 200 m nage libre aux Jeux paralympiques de Rio-2016 et est double vice-champion du monde, sera accompagné pour ce défi de l'ancienne nageuse Malia Metella, 39 ans, retirée des bassins depuis onze ans, et du Français Matthieu Witvoet, 27 ans.

Le départ est prévu le 10 novembre depuis le village bolivien de Copacabana, avec une arrivée espérée environ dix jours plus tard, sur les îles Urus, dans la baie de Puno, au Pérou.

Outre l'altitude, le trio va devoir affronter le «froid» et redoute la pollution qui touche l'étendue d'eau de 8.562 km2. «Au-delà de notre message personnel, on veut faire passer un message sur l'écologie», a ajouté Théo Curin.

Le nageur originaire de Lunéville, dans l'est de la France, a été amputé des quatre membres quand il avait six ans à la suite d'une méningite foudroyante. Il dit être inspiré depuis ses jeunes années par Philippe Croizon, quadri-amputé auteur d'une traversée historique de la Manche à la nage en 2010.

Les trois sportifs prévoient de nager à tour de rôle une moyenne quotidienne de 12 km. Ils seront accompagnés d'un bateau où ils pourront dormir et s'alimenter.

«Nager dans des eaux libres, dans un lac, dans une rivière, nager dans l'eau froide ( ...) et devoir nager très longtemps, je ne connaissais pas, j'avais envie de découvrir ce milieu», a expliqué Malia Metella.

«Le message que nous voulons aussi faire passer c'est qu'on peut changer les choses et que ce lac peut redevenir propre», a ajouté Matthieu Witvoet, qui se présente comme un «éco-aventurier».

Le trio s'est entraîné pendant plus d'un an dans le lac de Matemale dans les Pyrénées.