Rafael Nadal rejoindra-t-il Roger Federer ?

ATS

27.9.2020 - 08:35

Rafael Nadal (no 2) bénéficie d'une occasion en or de revenir à hauteur de Roger Federer. Le triple tenant du titre vise un 20e sacre en Grand Chelem à Roland-Garros, où il aura affaire à un Novak Djokovic (no 1) revanchard et à un Dominic Thiem (no 3) euphorique. Stan Wawrinka (no 16) espère quant à lui jouer les trouble-fête.

Triple tenant du titre, Rafael Nadal est le favori pour l'édition 2020 de Roland-Garros.
Keystone

La tension est à son comble à la Porte d'Auteuil. D'une part, les enjeux sont énormes: si Rafael Nadal peut égaler le recordman Roger Federer en cas de 13e sacre sur la terre battue parisienne, Novak Djokovic peut pour sa part revenir à deux longueurs du Bâlois. D'autre part, le contexte sanitaire est tendu, la menace d'une exclusion en cas de test positif au Covid-19 planant sans cesse.

Dans ces conditions, il s'agira d'avoir les nerfs solides. Une qualité que possèdent les deux meilleurs joueurs du moment. Novak Djokovic a certes «craqué» à l'US Open, où il a été disqualifié en 8e de finale pour un geste d'humeur, mais il s'est parfaitement ressaisi sur la terre battue de Rome en conquérant son 36e titre estampillé Masters 1000 – un record – dimanche dernier.

Le Serbe a donc refait le plein de confiance après avoir manqué le coche à New York alors que le trophée lui semblait promis. Son rival espagnol est en revanche encore en rodage: Rafael Nadal, qui a sagement renoncé à la mini-tournée américaine pour se préparer sur sa surface de prédilection, a échoué dès les quarts de finale à Rome où il effectuait son retour après six mois de pause.

Mais le capital-confiance du gaucher majorquin remonte à son plus haut niveau dès qu'il met le pied sur la terre battue parisienne. Rafael Nadal a remporté 93 des 95 matches qu'il a disputés à la Porte d'Auteuil depuis sa première apparition en 2005. Et son bilan global dans des matches joués au meilleur des cinq sets sur cette surface est effarant: 118 victoires, pour 2 défaites.

La dernière d'entre elles a été concédée en quart de finale de l'édition 2015, face à Novak Djokovic. Celui-ci a d'ailleurs gagné 10 de leurs 13 derniers affrontements, toutes surfaces confondues. Mais le Serbe a tout de même subi la loi de l'Espagnol dans les trois plus récents duels qu'ils ont livrés sur terre battue. De quoi le faire douter en cas de 56e face-à-face.

Thiem a-t-il digéré ?

Une finale Nadal-Djokovic est donc tout à fait envisageable. Mais Dominic Thiem ne l'entend pas de cette oreille. Adversaire désigné de Rafael Nadal en demi-finale, l'Autrichien est entré dans une autre dimension grâce à son titre conquis à Flushing Meadows. Reste à savoir si le finaliste des éditions 2018 et 2019 de Roland-Garros a digéré ce premier sacre majeur qu'il espérait tant.

D'autres outsiders espèrent profiter de la moindre ouverture dans une quinzaine où le lift de Rafael Nadal ne fera pas autant mal que sous un soleil de plomb. Alexander Zverev (no 6), Diego Schwartzman (no 12) – présents dans la moitié de tableau de Nadal – Roberto Bautista Agut (no 10) et Pablo Carreño Busta (no 17) – appelés à s'affronter dans un 4e tour du haut du tableau – en sont capables.

Wawrinka en outsider

Stan Wawrinka doit lui aussi être classé dans la catégorie des outsiders, fort de ses trois titres majeurs (Melbourne 2014, Paris 2015 et New York 2016). A 35 ans, le Vaudois veut encore croire en son étoile. Il avait démontré l'an dernier à Roland-Garros comme à Flushing Meadows que tout restait possible pour lui.

Sa défaite subie au 1er tour à Rome et sa séparation d'avec son coach de longue date Magnus Norman n'incitent guère à l'optimisme. Son 1er tour face au «revenant» Andy Murray (ATP 111) a tout de la peau de banane. Mais il peut aussi lui redonner cette confiance qui lui a toujours permis de renverser des montagnes et qui lui serait nécessaire en cas d'affrontement avec Dominic Thiem au 4e tour.

Retour à la page d'accueilRetour au sport