Wimbledon

Un tournoi 2022 pour le moins singulier

ATS

24.6.2022 - 14:41

Un Wimbledon sans aucun point ATP et WTA attribué, sans les deux premiers des classements de l'ATP, sans la traditionnelle coupure du «middle sunday» et sans... Roger Federer sera un Wimbledon bien singulier. Mais il recèle bien des promesses.

Novak Djokovic, triple tenant du titre, réussira-t-il la passe de quatre ?
Keystone

ATS

24.6.2022 - 14:41

Ainsi, Rafael Nadal se retrouve pour la première fois de sa fabuleuse carrière à mi-chemin du Grand Chelem. Titré à Melbourne et à Paris, le Majorquin débarque à Londres avec sans doute l'idée un peu folle de déjouer à nouveau tous les pronostics. Mais sur une surface qui n'est pas sa préférée, il devra composer à la fois avec sa blessure chronique au pied et avec un tableau vraiment miné qui lui réserve un huitième de finale contre Marin Cilic, un quart face à Félix Auger-Aliassime et une demie devant le «mur» Matteo Berrettini, victorieux de vingt de ses vingt et un derniers matches disputés sur herbe.

A la veille d'engager le fer, l'homme aux vingt-deux titres du Grand Chelem reste dans l'ombre du nouveau maître des lieux. Triple tenant du titre, Novak Djokovic joue son année lors de cette quinzaine londonienne. Expulsé de Melbourne par le gouvernement australien, battu par Nadal en quart de finale de Roland-Garros et sans doute contraint de renoncer à l'US Open en raison de son statut vaccinal, le Serbe pourrait, en cas de malheur, ne plus détenir pour la première fois depuis quatre ans le moindre titre du Grand Chelem.

Un débat sans fin

Novak Djokovic sera l'une des grandes victimes de la décision de l'ATP et de la WTA de n’attribuer aucun point pour cette édition 2022 en réponse à la décision des organisateurs d'écarter les joueurs russes et bélarusses en raison de la guerre en Ukraine. Il est ainsi dans l'impossibilité de défendre les 2000 points remportés l'an dernier.

Pour leur part, le no 1 mondial Daniil Medvedev, Andrey Rublev et Aryna Sabalenka, demi-finaliste l'an dernier, paient au prix fort la folie de leurs dirigeants respectifs avec ce boycott dont ils sont les victimes et qui a provoqué un débat sans fin dans la mesure où les positions opposées des organisateurs de Wimbledon et des instances reposent toutes deux sur un certain fondement.

Avec un prize money porté à 40,35 millions de livres (47,5 millions de francs suisses), aucun joueur n'a songé à faire l'impasse sur le tournoi même si les résultats n'auront aucun impact sur le classement. Ainsi, un titre en simple sera récompensé par un chèque de 2 millions de livres, soit 300'000 de plus que l'an dernier. Un joueur éliminé d'entrée de jeu en simple encaissera 50'000 livres. Une aubaine pour une joueuse comme Ylena In-Albon. Admise dans le tableau principal grâce à son classement, la Valaisanne voit ainsi une grande partie du financement de son année assurée.

Roger Federer : le grand absent

Présent lors des... vingt-deux dernières éditions du tournoi, Roger Federer sera, bien sûr, le grand absent de cette quinzaine. Titré à huit reprises à Church Road, le Bâlois soigne son genou avec l'espoir d'un nouveau come-back.

On le sait, il s'alignera cette année à la Laver Cup à Londres et aux Swiss Indoors à Bâle avant, espère-t-il fermement, de redevenir un joueur à plein temps. Même à 41 ans. La perspective d'avoir fermé la page de Wimbledon sur un set perdu 6-0 en quart de finale contre Hubert Hurkacz lui est très certainement insupportable. Elle explique pourquoi il est prêt à tous les sacrifices pour avoir droit à une dernière danse.

ATS