Sponsored Content

Des conseils de prévoyance pour assurer vos arrières

En cooperation avec UBS Switzerland AG

6.9.2021

Flatlay above top overhead close up view photo image of pink piggybank cup of beverage and open spiral notepad isolated light brown background with blank space
Getty Images/iStockphoto

Le seul fait de penser à la prévoyance vieillesse vous donne des cheveux gris? On a souvent tendance à reporter à plus tard l’épargne en vue de la retraite. Pourtant, il est possible d’obtenir des résultats probants à moindre effort, notamment pour le pilier 3a. Ces conseils vous dévoilent comment.

En cooperation avec UBS Switzerland AG

6.9.2021

Les rentes du premier et du deuxième pilier ne suffisent généralement pas à maintenir le niveau de vie habituel une fois l’âge de la retraite atteint. Malgré tout, nous sommes nombreux à repousser notre prévoyance vieillesse d’année en année. Un tiers des personnes actives en Suisse ne détiennent pas de pilier 3a, tandis que celles qui en ont un sont loin de toutes cotiser régulièrement le montant maximal annuel autorisé (2021: 6883 francs). À un âge plus jeune, bon nombre de personnes n’accordent pas suffisamment d’importance à la prévoyance vieillesse volontaire – ce qui peut se retourner contre elles le moment venu.

D’autant plus que le financement des premier et deuxième piliers – soit l’AVS et la caisse de pension – est soumis à une pression croissante. Au fil des ans, cette évolution ne manquera pas d’influencer le montant des rentes. Le calcul en soi est simple: si le besoin personnel en fonds attendu après la retraite dépasse les revenus découlant des premier et deuxième piliers, nous sommes en présence d’une lacune de prévoyance.

D’où l’importance de la prévoyance privée au moyen du pilier 3a. En effet, elle permet d’étoffer sa propre prévoyance et de combler les éventuelles lacunes de prévoyance – tout en profitant d’économies d’impôts dans l’immédiat.

Le plus tôt sera le mieux

Quiconque souhaite assurer son niveau de vie pendant la vieillesse a intérêt à étoffer autant que possible le troisième pilier. Par principe, mieux vaut s’y prendre tôt. Les apprentis ou les étudiants peuvent eux aussi commencer à cotiser dès l’âge de 18 ans, à condition de disposer d’un revenu soumis à l’AVS. Même 100 francs par mois constituent un bon début. Cela peut certes paraître une somme considérable pour les jeunes, mais si vous mettez de côté trois francs par jour (ou les virez sur votre compte de prévoyance), la différence sera guère perceptible dans votre porte-monnaie.

Rester flexible

En ouvrant un compte 3a auprès d’une banque, il est possible de cotiser autant que l’on veut ou que l’on peut dans la limite du montant maximal annuel. À un jeune âge, en particulier, où les revenus sont généralement moins importants, cela constitue un avantage certain et assure plus de flexibilité. Pour les polices 3a des compagnies d’assurance, le titulaire est en principe obligé de cotiser chaque année le montant fixe défini dans la police. Selon les cas, la prévoyance peut alors devenir un fardeau financier.

Ordre permanent

Si vous effectuez des versements mensuels automatisés, les dépenses se feront moins ressentir et deviendront aussi évidentes que le virement du loyer. Une fois configuré, le paiement par ordre permanent se charge de tout. Si, de surcroît, vous sélectionnez «Plafond annuel», l’ordre permanent s’adapte automatiquement en cas d’éventuelle modification du montant maximal.

Trop ou pas assez?

Il n’est pas possible de cotiser davantage que le montant maximal par année civile; tout montant excédentaire doit être reversé au cotisant. En revanche, il n’est pas non plus recommandé de cotiser trop peu. En effet, les paiements manqués ne peuvent pas être rattrapés, même si des acteurs du monde politique s’emploient actuellement à modifier cette pratique.

Planifier le budget

Les souhaits et les besoins financiers sont pluriels: qui ne rêve pas de faire le tour du monde? Fonder une famille influe également sur les dépenses. Dans de telles situations, il est possible de faire preuve de flexibilité avec le pilier 3a et de ne pas systématiquement payer le montant maximal – bien que cette démarche soit en principe conseillée. Ce qui importe est de cotiser régulièrement selon ses propres moyens.

Les bons conseils

Nous préférons songer à un avenir proche plutôt que lointain. En effet, ce dernier est beaucoup plus incertain et nous oblige à réfléchir à la vie après la retraite. Pourtant, il suffit d’une heure de conseil en prévoyance pour compenser les éventuelles lacunes en la matière. En effet, une heure de conseil peut procurer l’inspiration nécessaire à la planification des projets de vie personnels ou familiaux. Et il n’est pas seulement question de chiffres. Après tout, qu’est-ce qu’une petite heure comparée au temps qu’il reste encore jusqu’à la retraite?

1 heure bien investie

En consultant les conseils de prévoyance, vous faites un premier pas. Mieux encore: profitez de recommandations concrètes adaptées sur mesure à votre situation personnelle. En effet, il suffit d’une heure de conseil prévoyance gratuit et sans engagement chez UBS pour optimiser votre planification de la prévoyance.

En pensant idéalement votre prévoyance aujourd’hui, vous en profiterez d’autant plus demain. Compte de prévoyance, fonds de placement ou plan de retraite, nous vous aiderons à trouver la solution optimale. Afin que le temps que vous investissez aujourd’hui dans votre prévoyance vous profite d’autant plus demain.

Conseil prévoyance UBS: bien penser la prévoyance.

En savoir plus

Économiser des impôts

Les cotisations au pilier 3a peuvent être entièrement déduites des impôts dans la limite du plafond prescrit par la loi. En fonction du canton, du revenu et du montant cotisé, il est ainsi possible d’économiser plus de 2000 francs d’impôts par an. Cette année, le montant maximal pour les salariés affiliés à une caisse de pension est de 6883 francs. Les indépendants n’étant pas affiliés à une caisse de pension peuvent verser jusqu’à 20% de leur revenu annuel, avec un plafond toutefois fixé à 34 416 francs.

Quand percevoir l’argent?

De manière générale, les fonds du pilier 3a peuvent être touchés au plus tôt cinq ans avant la retraite. Il existe toutefois certains cas particuliers où le retrait anticipé est permis. Notamment en cas de passage à une activité indépendante, de financement d’un logement occupé personnellement, de remboursement d’une hypothèque ou de déménagement à l’étranger.

Ouvrir plusieurs comptes

Le pilier 3a ne doit pas nécessairement être constitué sur un seul compte. Au contraire: si vous disposez de plusieurs comptes, vous pourrez percevoir le capital du troisième pilier de manière échelonnée et, grâce à la progressivité de l’impôt, vous vous en tirerez à meilleur compte que si vous retiriez le montant total en l’espace d’une année. C’est pour la même raison qu’il est également judicieux a) d’espacer temporellement les retraits du troisième pilier et ceux de la caisse de pension et b) pour les époux, de ne pas effecteur les retraits individuels la même année. Tant que le montant consigné sur un compte du pilier 3a n’est pas encore élevé, l’ouverture d’un deuxième compte n’est pas réellement intéressante. La valeur indicative pour l’ouverture d’un compte supplémentaire se situe autour des 50 000 francs.

Compte ou fonds de placement?

En matière de prévoyance vieillesse, vous pouvez soit verser votre troisième pilier sur un compte, soit l’investir dans des fonds de placement. En optant pour un compte de prévoyance, vous avez la certitude que la somme épargnée restera préservée. La croissance du capital est cependant limitée avec cette option. Si vous souhaitez toutefois optimiser votre prévoyance vieillesse, vous pouvez investir dans un fonds de prévoyance et profiter d’opportunités de rendement supérieures à long terme. Vous supportez certes le risque d’investissement, mais, au vu de l’horizon de placement à long terme, les fluctuations boursières temporaires peuvent normalement être équilibrées.

Fonds de prévoyance durables

Renforcer sa prévoyance privée et faire un geste pour la société et l’environnement: avec les fonds de placement durables UBS Vitainvest, c’est possible – sans pour autant renoncer au rendement. 90% des études scientifiques à ce sujet concluent que les placements durables bénéficient de perspectives de rendement équivalentes à celles des placements conventionnels.

Investir durablement dans la prévoyance

Renforcer sa prévoyance privée et faire un geste pour la société et l’environnement: avec les fonds de placement durables UBS Vitainvest, c’est possible.

  • Opportunités de rendement séduisantes grâce à des instruments de placement largement diversifiés
  • Ordre permanent pour les achats réguliers et automatiques de titres
  • Utilisation flexible des fonds à la retraite
  • Poursuivre ses objectifs de prévoyance tout en favorisant la société grâce à une orientation sur des critères durables.

En savoir plus

À propos: les fonds de placement Vitainvest du dépôt de prévoyance 3a d’UBS peuvent être simplement transférés sur un dépôt courant à l’atteinte de l’âge de la retraite, si bien que les placements courent sans interruption et que le risque de devoir vendre lors d’une mauvaise année de placement est réduit.

Investir en fonction de l’horizon de placement

En matière de prévoyance-épargne, il s’agit d’adapter les investissements en fonction de l’horizon de placement. À partir d’une durée de 15 ans, les avoirs de prévoyance en cours devraient presque exclusivement être investis dans des fonds de placement diversifiés à grande part d’actions. En présence d’un horizon de placement plus court, la part d’actions devrait être continuellement réduite, puisque la probabilité de compenser une perte potentielle est plus faible. Ici aussi: quiconque entame l’épargne retraite précocement et investit parallèlement ses avoirs 3a dans des fonds de placement tirera meilleur profit de son capital de prévoyance.

Il s'agit de contenu sponsorisé.
«En coopération avec…»  signifie que le contenu a été produit pour un client et payé par celui-ci.