Bernard Montiel menacé de mort après avoir dit « vive l'Algérie » à la télévision

Covermedia

21.5.2021 - 14:58

Bernard Montiel s'est exprimé lors d'un débat à propos de Karim Benzema sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste. Il s'est attiré les foudres de certains téléspectateurs.

Bernard Montiel s'est exprimé lors d'un débat à propos de Karim Benzema sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste. Il s'est attiré les foudres de certains téléspectateurs.
Keystone

Covermedia

21.5.2021 - 14:58

« Collabo », « Avec ta gueule d'Arabe », « Tu es la honte de la France », « Dégage », « Tu soutiens l'arabe Benzema »... Voilà les messages reçus par Bernard Montiel suite à sa chronique sur le retour de Karim Benzema en équipe de France pour l'Euro 2021 de football. C'est peu dire, donc, que ses propos ont divisé les spectateurs de Touche Pas à Mon Poste.

Le chroniqueur a même reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux. « J'espère que tu finiras décapité, comme un certain professeur français et là moi aussi je dirai vive l'Algérie », a écrit un internaute.

«Traumatisé»

C'est en effet cette référence au pays du Maghreb où sont nés les grands-parents du joueur qui a scandalisé les plus à droite des téléspectateurs de Touche Pas à Mon Poste.

De son côté, le chroniqueur s'est dit « très surpris », « traumatisé » et « extrêmement choqué » sur le plateau de l'émission de Cyril Hanouna. « Juste parce que j'ai dit «vive l'Algérie», et je le redis, «vive l'Algérie»... J'ai été très choqué qu'on ait pu réagir de cette façon, extrêmement violemment ! Et puis jusqu'à ce tweet-là où on me dit «on va te décapiter»... Ils sont malades ! », a déploré Bernard Montiel.

Porter plainte

L'animateur ne compte pas en rester là et affirme avoir porté plainte. « J'ai appelé le ministère de l'Intérieur, le groupe Pharos (NDLR : Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements) va s'en occuper. On va trouver effectivement qui c'est. Déjà, il y a des pistes. Une piste même, et c'était facile à trouver », a-t-il annoncé.

Lorsqu'on lui demande s'il a peur, il assure que « sincèrement, non », avant d'ajouter : « L'impunité, c'est fini. Maintenant on retrouve les gens très facilement et je crois qu'on a déjà retrouvé cette personne d'après le petit coup de fil que j'ai eu tout à l'heure. Alors évidemment, je porte plainte, je ne vais pas laisser passer ça. C'est inadmissible ! Je ne le fais pas que pour ma petite personne, tous les jours des gens subissent cela. »

Covermedia