« Wonder Woman 1984 », la super-héroine qu’on attendait !

Elvire Küenzi

26.6.2021

Le film de Patty Jenkins avec Gal Gadot et Chris Pine arrive enfin sur blue Vidéo après une sortie tumultueuse dans les salles à cause du coronavirus. Qu’est-ce qu’on pense du second volet des aventures de Diana Prince ? On vous dit tout !

« Wonder Woman 1984 » a remporté des prix dont celui du Film préféré des Kids' Choice Awards 2021 et celui de la meilleure équipe de cascadeurs de la part du Screen Actors Guild Awards 2021.
©2020 WBEI. WONDER WOMAN TM & © DC

Elvire Küenzi

26.6.2021

Les super-héros ont toujours eu une place particulière dans nos cœurs. Nous avons grandi accompagnés de Superman, Batman, Catwoman et autre Wonder Woman (et Robin des Bois mais c’est une autre histoire) avec la merveilleuse idée que des justiciers anonymes veillaient à notre sécurité.

Chaque sortie, chaque adaptation est un événement au niveau mondial et le long-métrage de Patty Jenkins ne fait pas exception à la règle : il était attendu au tournant !

Créée en 1941 par le psychologue William Moulton, Wonder Woman se voit, à l’époque, investie d’une mission de taille : promouvoir au sein de la jeunesse un modèle féminin fort, libre et courageux pour lutter contre l’idée que les hommes sont supérieurs aux femmes.

Diana va-t-elle pouvoir sauver l’humanité ?

Dans « Wonder Woman 1984 », nous retrouvons Diana (jouée par la belle et charismatique Gal Gadot » après un volet sorti en 2017 et se situant durant la Première guerre mondiale. La solitude lui pèse et son petit-ami Steve qu’elle a perdu dans une bataille lui manque terriblement. Ce n’est pas l’arrivée de sa nouvelle collègue Barbara Minerva qui devrait y changer quelque chose. Et pourtant…

Quand cette dernière est chargée d’identifier des antiquités volées, tout bascule. Parmi elles se trouve une étrange pierre qui cache un pouvoir bien particulier : celui de réaliser les rêves (comme la lampe magique d’Aladin mais en moins sympa et bienveillant). En effet, on ne se sert pas impunément d’un objet fabriqué par le Dieu du mensonge…

Barbara et Diana voient leur rêve le plus cher se réaliser. Mais elles ne sont pas les seules à vouloir profiter du pouvoir magique de ce caillou maléfique.

Diana va-t-elle pouvoir sauver l’humanité ? Va-t-elle renoncer à l’amour de sa vie (vous l’aurez deviné, elle a fait le souhait de retrouver Steve Trevor et son vœu a été exaucé) ?

Une héroïne positive et lumineuse

Depuis toujours, Wonder Woman est une héroïne positive et lumineuse et c’est une dimension que l’on retrouve avec bonheur dans le film. Diana se bat pour le bien et pour faire triompher la vérité afin que le monde se porte mieux.

Côté réalisation, Patty Jenkins a apporté un soin particulier à l’esthétisme, un esthétisme dans lequel les couleurs vives nous rappellent les œuvres originales. C’est beau à regarder, on a l’impression de se retrouver dans un monde flashy et rose bonbon.

Mais la force de ce long-métrage réside davantage dans les trames et les enjeux sentimentaux et émotionnels que dans l’action à proprement parler. Du reste, il n’y a pas beaucoup de scènes d’action, ce qui m’a étonnée pour un film de ce genre. J’ai trop souvent vu des réalisateurs tomber dans l’écueil inverse et les multiplier, quitte à en perdre le sens pour proposer du spectaculaire.

Sur blue Vidéo

On peut regretter cependant un manque de subtilité et quelques longueurs dans certaines scènes (le film dure 151 minutes et aurait avantageusement pu se passer de quelques séquences superflues).

Quoiqu’il en soit, la figure de Wonder Woman et son aura bienveillante valent la peine de se plonger dans cette suite.

Pour le regarder, c’est par ici : « Wonder Woman 1984 » - blue Vidéo

Wonder Woman 1984 et d'autres films incontournables

Wonder Woman 1984 et d'autres films incontournables

Découvrez les nouveautés du mois avec ce trailer. Le meilleur des films, des séries TV et bien plus encore pour les petits et les grands. A acheter ou à louer.

09.06.2021

Rédactrice pour différents journaux suisses, blogueuse et passionnée des mots, Elvire Küenzi adore les séries (elle est tombée dans le chaudron magique en regardant Sex and the City et n'en est jamais ressortie)! Elle écrit aussi des romans girly en mangeant des marshmallows et en sirotant des cocktails (avec modération, bien sûr).