La compagne de Dany Boon révèle leurs tocs d’hypocondriaques pendant la pandémie

Covermedia

20.10.2021 - 19:12

Dany Boon est « flippocondriaque » et la pandémie de Covid-19 a réveillé en lui des peurs qu’il a tenté de conjurer avec une pratique excessive de l’hygiène, a-t-il raconté avec humour sur le plateau de C à vous, sur France 5. Le film 8 rue de l’Humanité, bientôt sur Neflix, devrait nous en dire plus encore sur ses stratégies anti-covid !

Covermedia

20.10.2021 - 19:12

Danny Boon a bel et bien un petit souci d'hypocondrie et sa compagne Laurence Arné aussi. La pandémie de Covid-19 lui a permis de développer tout son savoir en la matière.

Ce qu’ils ont tous les deux raconté à Anne-Élisabeth Lemoine sur le plateau de l’émission C à vous, sur France 5. Laisser ses courses – passées à l’eau de javel – 24 heures sur le palier, prendre sa température en permanence (et même celle du chien), abuser du gel hydro alcoolique... Voilà quelques-unes des habitudes que le couple avait prises. Et, en plus, celle de tout « désinfecter » au vinaigre blanc. « Ça sentait fort à la maison », a précisé Laurence Arné. Une petite erreur de la part des deux hypocondriaques, puisque le vinaigre blanc n’est pas du tout virucide ! Il n’a aucun effet contre le coronavirus responsable du Covid-19, à la différence du savon.

« On a eu peur, comme tout le monde », a-t-elle expliqué pendant que Dany Boon a raconté qu’ils « comptaient les heures, en fonction des matières » des produits qu’ils achetaient, après avoir entendu dire que le virus restait plus ou moins longtemps actif en fonction du support sur lequel il pouvait avoir été projeté : bois, plastique, verre ou carton.

Trop de précautions, mauvaise appréciations des consignes ou simplement manque de chance ? Dany Boon, a fini par être contaminé par le SARS-CoV2 et il dû se mettre à l’isolement pendant le second confinement. Son angoisse a été alors décuplée. « J’ai acheté un oxymètre, je l’avais mal mis et j’avais entre 80 et 85% de taux de saturation d’oxygène et c’était très peu. Et donc, j’ai appelé mon médecin », a expliqué Dany Boon, auquel le docteur a répondu : « À 85%, déjà, tu ne parlerais pas… Tu as dû mal le mettre ».

Le récit de ces mois d’angoisse mâtinés de gestes barrière font l’objet d’un film bientôt sur Netflix, 8 rue de l’Humanité. Gageons que nous nous y retrouverons tous et toutes !

Covermedia