Le prince Harry déteste le terme «Megxit»

Covermedia

11.11.2021 - 11:17

Covermedia

11.11.2021 - 11:17

Pour le prince Harry, le terme « Megxit » est misogyne. Il s'est expliqué lors de la table ronde Internet Lie Machine.

Le prince Harry et Meghan Markle.
KEYSTONE

Le prince Harry estime que le terme « Megxit » est misogyne. Le duc et la duchesse de Sussex ont annoncé qu'ils se retiraient en tant que membres actifs de la famille royale en janvier 2020, et la presse britannique a repris ce terme, publié en premier par le tabloïd The Sun, un mot-valise composé de « Meghan » et « exit » et une référence au Brexit, pour décrire leur décision.

Lors d'une table ronde intitulée Internet Lie Machine au sommet virtuel RE:WIRED du magazine Wired, mardi (9 nov. 21), le petit-fils de la reine d'Angleterre a affirmé que ce mot était un préjugé contre sa femme. « Le terme «Megxit» était, ou est, un terme misogyne qui a été créé par un troll, amplifié par des correspondants du monde entier, et il a grandi et s'est développé dans les médias grand public. Mais cela a commencé avec un troll », a-t-il déclaré.

Le Britannique a également évoqué son passé avec la presse et la propagation d'informations erronées, notamment concernant sa défunte mère la princesse Diana. « Je l'ai ressenti personnellement au fil des ans, et je regarde maintenant cela se produire dans le monde entier, affectant tout le monde, pas seulement l'Amérique, littéralement tout le monde, partout, a-t-il déclaré, selon People. J'ai appris dès mon plus jeune âge que la motivation derrière la publication d'une histoire n'est pas nécessairement liée à la divulgation de la vérité. Je connais trop bien l'histoire. J'ai perdu ma mère à cause de cette peste fabriquée, et évidemment je suis déterminé à ne pas perdre la mère de mes enfants à cause de la même chose. »

Meghan Markle a également visé les tabloïds mardi lorsqu'elle est apparue au sommet DealBook du New York Times et a déclaré à l'animateur Andrew Ross Sorkin que les lire était préjudiciable à la santé mentale de tout le monde. « Eh bien, tout d'abord, je vous exhorte à ne pas lire les tabloïds, a-t-elle déclaré. Parce que je ne pense pas que ce soit sain pour qui que ce soit. J'espère qu'un jour, ils seront vendus avec une étiquette d'avertissement comme sur les cigarettes. Du genre : «C'est toxique pour votre santé mentale». »

Harry et Meghan, qui ont deux enfants, ont accordé une interview explosive avec Oprah Winfrey cette année pour aborder certaines des rumeurs des tabloïds à leur sujet et donner leur version des faits.

Covermedia