Covid-19 : Joaquin Phoenix demande la libération de prisonniers new-yorkais

CoverMedia

15.4.2020 - 13:05

26th Annual SAG Awards Press Room 2019 held at Shrine Auditorium in Los Angeles California. Featuring: Joaquin Phoenix Where: Los Angeles, California, United States When: 19 Jan 2020 Credit: Adriana M. Barraza/WENN/Cover Images
Source: Adriana M. Barraza/WENN/Cover Im

Joaquin Phoenix a demandé, sur Twitter, au gouverneur de l’état de New York, Andrew Cuomo, de libérer certains prisonniers à cause de la pandémie de Covid-19. L’acteur explique que le virus, s’il se répand en prison, représente un danger pour tous.

Les établissements pénitentiaires face au coronavirus est un sujet qui émerge dans tous les pays et la libération de certains prisonniers est la solution demandée par de plus en plus de monde. C’est le cas de Joaquin Phoenix, qui s’est adressé directement au gouverneur de l’état de New York, Andrew Cuomo.

« Je demande à Andrew Cuomo d’accorder la clémence aux New-yorkais en prison. Les vies de tant de gens dépendent de son action. Personne ne mérite de mourir du Covid-19 en prison », a entamé l’interprète du Joker sur Twitter.

Il a ensuite exposé les risques si le fléau se répand derrière les barreaux, non seulement pour les prisonniers, mais aussi pour le personnel pénitencier et le grand public. « La propagation du coronavirus dans les prisons menace la santé et la sécurité de nous tous. Quand vous êtes incarcérés, la distanciation sociale est impossible et s’assurer d’une bonne hygiène n’est pas une option. Les leaders doivent faire tout leur possible pour que les personnes incarcérées et ceux qui travaillent en prison ne tombent pas malade et ne diffusent pas le virus », a-t-il ajouté.

La voix de Joaquin Phoenix s’ajoute à celle de John Legend, qui a demandé la même chose au gouverneur de New York. Andrew Cuomo a déjà demandé la libération de 1.100 personnes incarcérées pour violation de leur liberté conditionnelle pour éviter la propagation. D’après les chiffres du Department of Corrections and Community Supervision, 150 prisonniers, 618 employés et 24 personnes en liberté conditionnelle ont été testés positifs au Covid-19 au 14 avril.

«Les gouvernements doivent (…) mettre en œuvre des mesures urgentes pour garantir aux détenus un accès aux soins de santé appropriés et pour maintenir le contact avec les familles et le monde extérieur», avait fait demandé, le 30 mars, Malcolm Evans, président du Sous-Comité des Nations unies pour la prévention de la torture (SPT)

En France, le mois dernier, 8.000 détenus ont été remis en liberté anticipée comme le rappelait Libération.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia