«Dr Ruth»: la sexologue la plus connue des États-Unis fête ses 90 ans

Christina Horsten, dpa

4.6.2018

Ruth Westheimer ne mesure que 1,44 mètre, mais son courage, sa détermination et sa volonté sont immenses. Elle a survécu à l'Holocauste et s'est imposée comme la sexologue la plus connue des États-Unis. Le «Dr Ruth» fête aujourd'hui ses 90 ans et continue à travailler.

L'ancienne rédactrice en chef de «Vanity Fair» Tina Brown se souvient encore très bien de son arrivée à New York au début des années 80. «J'étais dans un taxi qui devait me conduire à un hôtel de Midtown et j'ai entendu sa voix à la radio: "Tu dois le prendre dans ta bouche et faire des mouvements de va-et-vient. Tu dois t'assurer que ça lui fait du bien." Et je me suis dit: "Mais qu'est-ce que c'est que ça?"», a récemment raconté Tina Brown au «Longform Podcast».

«J'ai alors demandé au chauffeur de qui il s'agissait et il m'a répondu: "C'est le Dr Ruth, j'écoute toujours son émission le dimanche soir." Voilà comment j'ai été accueillie à New York. Je n'étais même pas encore arrivée à l'hôtel que je ne comprenais déjà plus rien à cet endroit.»

Le «Dr Ruth» est un personnage culte aux États-Unis et ça fait plusieurs dizaines d'années que ça dure. Ce lundi 4 juin, l'Allemande Ruth Westheimer, probablement la sexologue la plus connue des États-Unis, fête ses 90 ans — et travaille toujours autant. Il y a peu, Ruth Westheimer a intégré le panthéon germano-américain. «J'ai beaucoup de respect pour mes origines», avait-elle déclaré à l'époque — comme toujours avec un fort accent hessois. «Et même si nous traversons actuellement une période difficile, nous la surmonterons, car les États-Unis sont un pays fort.»

Exil en Suisse

Karola Ruth Siegel est née en 1928 dans une famille juive de Wiesenfeld, à proximité de Francfort. À dix ans, peu avant l'éclatement de la Deuxième Guerre mondiale, elle est arrivée en Suisse avec un convoi d'enfants. Elle a ainsi échappé à l'Holocauste, mais n'a jamais revu ses parents ni sa grand-mère bien-aimée. Son père et sa mère ont été tués par les nazis dans le camp de concentration d'Auschwitz.

Après la guerre, Ruth, qui n'était encore qu'une adolescente, s'est installée en Palestine, a suivi une formation de tireuse d'élite et a combattu dans la clandestinité pour la libération d'Israël. Après avoir été grièvement blessée par une grenade, elle a entamé des études à la Sorbonne, à Paris. En 1956, après avoir reçu un chèque de plus de 5000 marks de la part du gouvernement allemand à titre de compensation pour les souffrances infligées, elle s'est envolée pour les États-Unis. Sur place, elle a poursuivi son cursus, a épousé Manfred Westheimer et a eu deux enfants. Le «Dr Ruth» ne mesure que 1,44 mètre, mais «si la taille se mesurait au courage, à la détermination et au travail, ce petit bout de femme ferait 2,50 mètres», a un jour écrit «Newsday».

Ruth Westheimer a percé aux États-Unis au début des années 80, grâce à une émission radio. Connue pour son petit rire malicieux particulièrement contagieux, le «Dr Ruth» donnait des conseils en matière de sexualité et jonglait sans inhibition avec des concepts comme l'éjaculation et la masturbation. Son programme «Sexually Speaking», une séance de questions-réponses de 15 minutes diffusée sur une station de radio new-yorkaise, lui a valu d'être invitée sur des plateaux de télévision du monde entier. Des centaines de milliers de personnes lui ont demandé conseil sous le couvert de l'anonymat. «Son nom et sa voix sont indissociables du thème de la sexualité», a un jour déclaré le «New York Times».

Elle a publié plus de 30 guides sur la sexualité

«Les questions sont toujours les mêmes», a un jour confié Ruth Westheimer à la Deutsche Presse-Agentur. Si chaque pays se vante d'avoir les meilleurs amants, pour elle, il n'y a pas de champions en la matière. Le prétendu puritanisme de l'Amérique, qui fait face à une Europe beaucoup plus libre sur le plan sexuel, ne serait également que pure «foutaise». En tout, Ruth Westheimer a publié plus de 30 guides sur la sexualité, dont beaucoup ont également été traduits en allemand.

Le «Dr Ruth» revient chaque année dans sa ville natale de Francfort pour participer à la Foire du livre. «J'évite la gare, mais j'ai un jour eu l'occasion de revoir mon ancien appartement, situé au 8 Brahmsstrasse, à Nordend», a-t-elle déclaré. «C'est difficile pour moi, mais je marche la tête haute. Hitler n'a pas gagné! Il voulait ma mort. Au lieu de cela, j'ai aujourd'hui des enfants et des petits-enfants. À l'époque, j'étais en exil. Aujourd'hui, je dors au «Frankfurter Hof». Qui aurait pu l'imaginer?»

10 idées reçues sur le sexe

Retour à la page d'accueil