Gérard Depardieu : Jacques Brel, Johnny Hallyday, Patrick Bruel, il s’en prend à tout le monde

CoverMedia

9.10.2017 - 11:27

Covermedia

(Cover) - FR French Stars - Avec Gérard Depardieu, tout le monde en prend pour son grade. Lors d’une interview pour le Nouvel Obs, le géant du cinéma français a évoqué son spectacle qu’il présentera du 7 au 12 novembre (17) au cirque d’Hiver Bouglione. Un hommage à la chanteuse Barbara avec qui il a partagé l’affiche du spectacle Lily Passion en 1986 et pour qui il ne tarit pas d’éloges, la plaçant bien au dessus d’artistes tels que Jacques Brel ou Léo Ferré. « La vérité, c'est que je n'ai jamais pu l'entendre depuis qu'elle est partie, explique-t-il. C'est beaucoup trop fort, trop violent. Je peux écouter Brel, parce que c'est théâtral et que ce n'est pas très bon. Je peux écouter Ferré, parce que c'est nul, à l'exception, disons, des poèmes d'Aragon qu'il a mis en musique. Mais Barbara, c'est proprement inécoutable. Il y a trop de frémissements, trop de vibrations, trop de qualité humaine dans sa voix. Tout ce qu'elle était au plus profond d'elle-même, elle le balançait dans ses chansons. »

Poursuivant une description pleine d’admiration pour la chanteuse de l’Aigle Noir qui le « calmait », l’acteur de 68 ans a critiqué au passage une autre pléiade de chanteurs. « Je devais avoir une douzaine d'années, c'était à Châteauroux. Autour de moi, on aimait Elvis Presley, Bill Haley, Eddie Cochran, Johnny Hallyday, les Chaussettes noires, ‘‘Oh Daniela'', toute cette soupe dégueulasse. Bon, je mets à part Dick Rivers, parce qu'il était un peu touchant dans sa manière d'imiter Presley. Mais moi, je me foutais de ces musiques-là. Elles m'énervaient. Moi, j'écoutais Barbara », ajoute-t-il.

C’est finalement Patrick Bruel et Jeanne Balibar qui sont la cible de la diatribe de Gérard Depardieu. « Je ne veux pas être la caution d'une famille de croque-morts ni d'une industrie musicale qui fait du pognon avec le 20e anniversaire de la disparition de Barbara. On s'est déjà infligé Patrick Bruel, ça suffit. Même le film de Mathieu Amalric, ça ne va pas. Ceux qui ont bien connu Barbara savent qu'elle n'a rien à voir avec celle qu'incarne Jeanne Balibar », a conclu un Gérard Depardieu décidément toujours très en forme !

Cover Media

Retour à la page d'accueil

CoverMedia