Joaquin Phoenix : « J’aurais voulu faire plus pour stopper le harcèlement sexuel »

CoverMedia

9.3.2018 - 13:25

Source: Covermedia

Joaquin Phoenix admet que son documentaire parodique de 2010 est devenu « hors de contrôle ». Il s’est confié lors d’un entretien accordé au Guardian.

Joaquin Phoenix regrette de ne pas s’être exprimé sur le harcèlement dont il était témoin dans l’industrie du film.

L’acteur de 43 ans est apparu dans I’m Still Here, un documentaire parodique de 2010 réalisé par son ami Casey Affleck, suivant sa soi-disant envie d’arrêter la comédie pour devenir rappeur. Casey Affleck, marié avec la sœur de l’acteur de 2006 à 2017, est poursuivi par deux collègues qui ont travaillé sur ce film et l’accusent de les avoir harcelées durant la production.

Joaquin Phoenix, pour sa part, préfère ne pas commenter cette affaire. « Je pense que je ne peux pas en parler sans courir le risque de causer plus de problèmes, » a-t-il déclaré. Et quand on l’interroge sur le problème du harcèlement dans l’industrie cinématographique, il admet avoir été témoin de certaines choses dont il n’a pas parlé.

« Au centre de ce dont nous parlons, il y a un abus de pouvoir, » a-t-il expliqué. « Et le sexe est une arme. Et j’ai vu des abus de pouvoir partout. Il y a beaucoup de choses dont j’aurais voulu être conscient à ce moment, où j’aurais voulu avoir la force et la conviction pour me lever et dire : ‘Hey, stop !’ Je crois que je le fais parfois. Mais oui, il y a d’autres moments où je ne l’ai probablement pas fait. »

Aujourd’hui, si Joaquin Phoenix affirme que le phénomène est « rampant » dans cette industrie, les campagnes de dénonciation que sont #MeToo et Time’s Up l’ont convaincu que les choses étaient en train de changer.

« Je me demande si on regardera ça de la même façon que mes parents ont connu le mouvement anti-guerre et pour les droits civiques, » a conclu l’acteur.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia