L'ex-mari de Mel B n'a pas obtenu son injonction d'éloignement

CoverMedia

5.6.2018 - 09:48

L'ex-mari de Mel B, Stephen Belafonte, demandait une injonction d'éloignement contre l'ancienne Spice Girls, qu'il n'a pas obtenue. Selon TMZ, il craindrait pour sa vie.

Harry Belafonte, l'ex-mari de Mel B n'a pas obtenu l'injonction d'éloignement d'urgence qu'il réclamait contre son ex-femme. Il a fait la demande ce week-end (2-3 juin 18) au tribunal, expliquant qu'il craignait pour sa vie, car l'ancienne Spice Girls aurait dit à des amis qu'elle le voulait mort ou derrière les barreaux, a dévoilé TMZ.

Il a expliqué qu'il souffrait de stress, d'anxiété et d'hypertension accrue à cause de la prétendue menace, qui l'aurait envoyé deux fois à l'hôpital. Il a déclaré : « les douze derniers mois de ma vie ont été un vrai enfer ». Cependant, il n'a pas réussi à convaincre les juges, par manque de preuves, mais pour lui tout n'est pas perdu : il pourrait en parler plus en détails lors de leur prochaine audience. Mel B, de son vrai nom Melanie Brown, n'a pas encore commenté les accusations.

Les deux époux se sont séparés en mars 2017, après dix ans de mariage, et leur divorce a été finalisé en décembre de la même année. Depuis, ils ont continué à se battre pour la garde d'Angel, la fille que Mel B a eu avec Eddy Muryphy. Stephen Belafonte aimerait maintenir une relation avec son ancienne belle-fille, expliquant qu'il l'a élevée comme son propre enfant. Ils avaient trouvé un terrain d'entente pour la garde des biens et de leur file de six ans Madison, après une longue bataille juridique.

Ils se sont aussi battus sur la vente de leur ancienne maison d'Hollywood Hills, dont Mel B a obtenu la possession, après qu'il a été découvert que Stephen Belafonte l'utilisait pour faire la fête.

Les avocats des deux parties se sont retrouvés au tribunal ce lundi (4 juin 18), car le couple a accepté conjointement de retirer 1 million de dollars du prix demandé pour vendre la propriété, selon TheBlast.com. Mel B et Stephen Belafonte se retrouveront ensuite au tribunal le 16 juillet.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia