L'accusatrice de Nelly veut l'empêcher de recommencer

CoverMedia

24.1.2018 - 09:34

Covermedia

L'accusatrice de Nelly, Monique Green, a ajouté une injonction à sa plainte contre le rappeur. D'après TMZ, elle veut que le juge l'empêche de recommencer.

La femme qui aurait été violée par Nelly dans son tour bus l’an dernier a déposé une nouvelle plainte afin d’empêcher le rappeur de faire ce qu’il lui a fait à d’autres. Monique Greene, l’accusatrice a ajouté une injonction à sa plainte demandant au juge d’empêcher le rappeur d’agresser d’autres femmes.

Dans les documents, obtenus par TMZ, elle déclare que Nelly vise de jeunes femmes à ses concerts et les leurre pour avoir des relations sexuelles avec lui. Elle pense que le chanteur est à la recherche de « belles femmes de couleur » avec « une silhouette pulpeuse » et que les membres de son entourage invitent les jeunes femmes dans les loges.

Elle déclare aussi qu’il se masturbe devant elles « avec l’attente que se présenter lui donnerait le droit à une gratification sexuelle, et que les femmes seraient attirées et ne pourraient pas résister à son pénis ». Elle ajoute que quand une femme refuse ses avances, il « l’accoste sexuellement et/ou l’agresse ».

Selon Monique Greene, il y a au moins deux autres femmes qui ont subi une atteinte sexuelle de la part du rappeur.

Dans sa première plainte, elle déclarait que Nelly l’aurait invitée à une fête d’après concert dans son tour bus, et en arrivant dans le nightliner, elle se serait dirigée directement à l’arrière du véhicule, où se trouve la chambre de Nelly. Elle se serait assise, et Nelly l’aurait rejointe et se serait mis à se masturber. Elle dit ensuite qu’il l’aurait forcée à avoir une relation sexuelle, et aurait refusé de mettre un préservatif, et quand tout aurait été fini, elle aurait hurlé pour qu’on la fasse descendre du bus. Un membre de l’entourage de Nelly l’aurait alors poussée hors du véhicule et le rappeur lui aurait jeté un billet de 100$.

Monique Green avait ensuite appelé la police, été emmenée à l’hôpital pour être traitée, et Nelly avait été placé en garde à vue, soupçonné de viol au second degré. Le rappeur avait démenti les accusations avec force, et il avait publié un communiqué l’an dernier : « Laissez-moi vous dire que je suis plus que choqué de ces fausses accusations qui me visent. J’ai confiance dans le fait qu’une fois les faits examinés, il sera clair que je suis victime d’accusations mensongères ».

Retour à la page d'accueil

CoverMedia