People

Michael Hutchence : sa fille Tiger Lily a perdu des millions en droits musicaux

CoverMedia

6.11.2017 - 16:10

MICHAEL HUTCHENCE Australian Pop Singer (Attending the 1997 Capital Radio London Awards) 26.03.1997
Covermedia

Ils ont découvert qu'en 2015, Colin Diamand et l'entrepreneur Ron Creevey ont créé une entreprise du nom de Helipad Plain dans le paradis fiscal de l'île Maurice dans le but de tirer profit des droits de la musique de Michael Hutchence. Les fuites ont aussi révélé que les droits des chansons n'étaient pas inclus parmi les biens car ils étaient détenus par Chardonnay Investments, une entreprise dont Colin Diamond est devenu l'unique propriétaire après la mort du musicien. « La raison, c’est que c’était un ami en qui Michael Hutchence avait confiance et à cause de cela, et le fait que (Michael Hutchence) avait des problèmes familiaux, il a laissé Colin Diamond gérer les actifs de Chardonnay », a écrit l’avocat de Colin Diamond dans un e-mail provenant des Paradise Papers.

Ron Creevey a expliqué à ABC News que colin Diamond avait donné de l’argent à sa fille Tiger Lily, mais des sources ont rapporté au média que le montant n’était « en rien » la valeur intégrale des droits des chansons - qui pourraient valoir 10 millions de dollars.

Rhett, le frère du rockeur, a confié à ABC News que le musicien voulait que 50 pour cent de sa fortune revienne à Tiger Lily, et que 10 pour cent aillent à son père, sa mère, sa soeur, son frère et sa compagne Paula Yates, décédée en 2001. Les représentants de Tiger Lily, qui a été adoptée par l’ex-mari de sa mère, Bob Geldof, après la mort de Michael Hutchence, n'ont pas émis de réponse pour le moment. Au sein des Paradise Papers, figurent également les noms de Bono (leader de U2 et engagé dans de nombreuses bonnes oeuvres notamment via sa fondation ONE), Madonna et l’actrice Keira Knightley.

Le Guardian a révélé les investissements de Bono dans un centre commercial en Lituanie à l’aide d’une entreprise basée à Malte, tandis que Madonna détiendrait des actions dans une entreprise de matériel médical. Il n’est néanmoins pas affirmé que les stars auraient enfreint la loi avec leurs transactions financières.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia