Mort de George Floyd : Katherine Heigl a du mal à expliquer « l'inexplicable » à sa fille

CoverMedia

2.6.2020 - 11:06

NBC Universal Upfronts NYC Featuring: Katherine Heigl Where: NYC, New York, United States When: 14 May 2018 Credit: Patricia Schlein/WENN.com
Source: Patricia Schlein/WENN.com

Katherine Heigl s'inquiète pour sa fille Adalaide. Comme l'actrice l'a expliqué sur Instagram, devoir lui expliquer ce qui l'attend en tant qu'adulte afro-américaine vivant aux Etats-Unis lui brise le cœur.

Katherine Heigl ne sait pas comment expliquer la mort de George Floyd à sa fille afro-américaine. L'actrice d'En cloque, mode d'emploi, qui a adopté Adalaide en 2012, a partagé ses angoisses face au meurtre de l'homme de 46 ans, un Afro-américain décédé le 25 mai (2020) après qu'un policier du Minnesota, Derek Chauvin, l'a immobilisé en appuyant son genou sur son cou pendant près de neuf minutes. Le représentant de l'ordre a depuis été licencié et inculpé de meurtre et d'homicide involontaire tandis que trois autres officiers de police, qui ont assisté à la scène, ont également été démis de leurs fonctions mais n'ont pas été inculpés.

Ce scandale a déclenché de nombreuses manifestations à travers les États-Unis, et Katherine Heigl a admis qu'elle était peinée d'avoir à expliquer à sa fille pourquoi la couleur de sa peau pouvait affecter la façon dont elle sera traitée à l'age adulte. Dans deux longs messages sur Instagram, l'actrice a avoué qu'elle n'aime pas exprimer ses pensées sur « l'état de (son) pays » sur les réseaux sociaux, et qu'elle choisit plutôt « d'agir discrètement et dans les coulisses », mais elle a avoué que cette fois-ci, c'était différent, car elle ne pouvait « tout simplement pas dormir ». « Et quand j'y arrive, je me réveille avec une seule pensée en tête, a-t-elle ajouté. Comment vais-je le dire à Adalaide ? Comment vais-je expliquer l'inexplicable ? Comment puis-je la protéger ? Comment puis-je briser un morceau de son bel esprit divin en le faisant ?, a-t-elle écrit aux côtés d'un doux cliché de son deuxième enfant. Je ne peux pas dormir. Je m'allonge dans mon lit dans le noir et pleure pour chaque mère d'un bel enfant noir divin qui doit éteindre un morceau de l'esprit de leur bébé bien-aimé pour essayer de les garder en vie ».

L'actrice, qui est aussi maman d'une fille de 11 ans, Naleigh, adoptée en Corée du Sud, reconnaît qu'elle a mis du temps à « véritablement intérioriser la réalité de la vérité abominable, terrible et ignoble du racisme » en raison de son « éducation basée sur l'inclusivité, l'amour et la compassion », mais elle s'est depuis rendu compte à quel point le problème était répandu, et ce qui n'était autrefois qu'un désir de changement s'est transformé en rage. « Je ne sais pas à quoi la plupart des gens pensent que la justice ressemble, mais en ce moment, pour moi, cela ressemble à une vie dure et laide en prison pour l'agent Chauvin et les autres qui étaient là à ne rien faire (…) Je veux que (les racistes) aient si peur des conséquences des actions de l'agent Chauvin qu'ils aient peur de respirer en direction d'un homme, d'une femme ou d'un enfant noir. Et encore plus peur d'essayer de leur faire du mal. Je veux qu'ils tremblent dans leur lit, la nuit, de peur de se retrouver eux aussi comme Chauvin. Je veux qu’il soit un exemple de ce qui arrive à un raciste dans ce pays », a ajouté Katherine Heigl.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia