Nathan Moore, des Worlds Apart, se confie sur sa traversée du désert

AllTheContent

14.10.2019 - 14:05

Le groupe Worlds Apart lors du Festival de Cannes 1998.
Keystone

Il a fait rêver des millions de jeunes filles dans les années 1990. Nathan Moore, chanteur du groupe Worlds Apart connaît aujourd’hui la galère. Le quinquagénaire s’est confié sur sa traversée du désert, plus de 25 ans après le triomphe du boys band qui lui a fait connaître les sommets.

2be3, G Squad, Alliage, Backstreet Boys, et bien sûr, Worlds Apart… Dans le domaine musical, les années 1990 restent la décennie qui aura vu triompher les boys band. Rappelez-vous ces groupes de garçons torses nus, abdos dessinés, des playboys réalisant des chorégraphies millimétrées sur des chansons un poil formatées.

A l’époque, de très nombreuses adolescentes, en transe, ne rêvent que d’une chose: rencontrer les chanteurs dont elles sont des fans absolues. Nathan Moore, l’un des leaders du groupe Worlds Apart, fait partie de ces sex-symbols, qui ont connu le succès triomphal, l’adoration des fans et la sollicitation permanente des médias… Malheureusement, la gloire aura été éphémère puisque dès les années 2000, la majorité des boys band se délitent. En cause, une perte d’intérêt du public et de l’industrie musicale.

S’ensuivent alors de longues traversées du désert pour ces chanteurs, à l’instar de Nathan Moore, 54 ans aujourd’hui, qui raconte les moments difficiles qu’il a vécus. Il a en effet confié ses déboires mais aussi ses projets à «Télé-Star», dans une interview à paraître ce lundi 14 octobre.

«Une période dingue», puis l’oubli...

Avec le recul, le succès fulgurant des boys bands n’aura eu d’égal que la rapidité de leur retombée dans l’anonymat… la rançon de la gloire? Nathan Moore, figure emblématique des Worls Apart – composé de Steve Hart, Cal Cooper et Shelim Hannan – se souvient de cette «période dingue». Parmi ses plus grands succès, la reprise de Jean-Jacques Goldman «Je te donne» en 1996, l’hymne dance «Baby Come Back» et le sirupeux «Quand je rêve de toi»…

Si le passage au nouveau millénaire a marqué pour lui la fin de cette époque bénie, le groupe a néanmoins tenté de se relancer en 2013, lors de quelques concerts donnés çà et là. Rien de comparable cependant avec la frénésie qu’il avait connu 20 ans plus tôt… Pour autant, le boys band, dont demeure aujourd’hui seulement trois des chanteurs d’origine, ne s’en laisse pas compter.

Une renaissance avortée

Dans «Télé-Star», Nathan Moore annonce, ce lundi 14 octobre, une tournée qui débutera le 31 octobre prochain. Baptisée «Born in 90» – «Nés en 90» –, cette série de concerts fera revivre les instants qui ont marqué toute une génération.

Un projet qui ravivera peut-être l’intérêt du public pour le groupe, mais le chanteur Nathan ne se cache pas des épreuves, notamment pécuniaires, qu’il a traversées: «C’est quand le phénomène a perdu de son ampleur que ça a été dur. On a eu des difficultés financières. A un moment, j’ai même perdu ma maison», avoue-t-il à l’hebdomadaire.

Le Britannique n’a pourtant pas renoncé, et devient manager. Sa passion pour la scène ne s’est pas envolée, et il tente de se relancer en 2015, lors de la version britannique de l’émission «The Voice». Afin de séduire le jury à l’aveugle, composé notamment de Tom Jones et Rita Ora, le brun ténébreux a interprété une chanson des «White Stripes», «Seven Nation Army», relate «Cosmopolitan».Une mélodie rock bien différente des titres qui l’ont fait connaître, mais un groove toujours présent, qui n’a malheureusement pas suffi à séduire les jurés, ignorants bien sûr qu’il s’agissait de l’ex-star des boys band qui se produisait derrière eux…

«Jamais fatigué de chanter “Baby Come Back”»

«Aujourd’hui, tout va bien», déclare le quinquagénaire, en dépit de sa traversée du désert. Nathan apparaît reboosté par la tournée qui l’attend: «On en avait déjà fait une il y a six ou sept ans. Je peux vous dire que ça fait plaisir après des années où le téléphone n’a pas sonné… Je ne serais jamais fatigué de chanter “Baby Come Back”», lance-t-il fièrement. Hormis le groupe, ce show rassemblera, pour le plus grand plaisir des fans – aujourd’hui majoritairement trentenaires – les personnalités phares des années 90, comme Doc Gyneco, Lââm, les 2be3, Benny B, Zouk Machine, etc.. Des concerts qui feront revivre pour quelques heures l’ivresse d’il y a 20 ans.

Jacky et Ariane en images

Que sont devenues les stars de ces comédies cultes?

Retour à la page d'accueil