Renaud, Hélène Ségara, Yannick Noah : les artistes français rendent hommage à Johnny Clegg

17.7.2019 - 16:48, CoverMedia

220248 Thomas Bohlen / Starface 2017-07-16 Carhaix France Renaud live on stage during Les Vieilles Charrues 2017, Music Festival Carhaix, France, July 13th to 16th 2017 Séchan, Renaud ("Renaud" chanteur)
Source: Covermedia

Le monde de la musique francophone s'est ému ce mardi (16 juillet 19) de la disparition en début de semaine de Johnny Clegg. Renaud, Hélène Ségara ou encore Yannick Noah ont partagé leur émotion sur les réseaux sociaux.

Les stars françaises ont réagi avec émotion au décès de Johnny Clegg. Le « zoulou blanc » s'est éteint à 66 ans ce lundi (15 juillet 19) des suites d'un cancer et le monde de la musique a rendu hommage à un artiste engagé. En premier lieu Renaud, qui l'avait fait connaître en France. Le Phénix a posté sur sa page Facebook les paroles de Jonathan, un morceau qui lui avait été inspiré par l'artiste sud-africain.

« Entre le noir et le blanc / Jonathan n'a pas choisi / Car depuis la nuit des temps / Il sait aussi / Que tous les salauds sont gris / Que l'homme est un loup pour l'homme / Un peu partout / Jonathan sait pourtant / Qu'à Soweto, dans le ghetto / Les loups blancs sont plus sauvages et plus méchants », a-t-il écrit.

« Toute une époque qui s'en va», a ajouté la fille de Renaud, Lolita Séchan, dans un message sur Instagram en légende d'une photo du titre de son père, en ajoutant un émoji de cœur brisé.

Yannick Noah a lui aussi partagé son émotion en repostant une photo du moment où le chanteur interprète son célébrissime Asimbonanga face à Nelson Mandela, pour qui il avait écrit le morceau. « Une des plus grandes émotions de ma vie », écrit le chanteur et ex-tennisman, avant de conclure : « Tu as fait une différence énorme pour chacun d'entre nous ».

Hélène Ségara, qui avait enregistré une reprise du titre, s'est elle aussi fendu d'un message sur Twitter dans lequel elle a rappelé le combat contre l'apartheid, dont le chanteur était un des fers de lance dans le milieu artistique. « Lorsque j’ai soumis ma reprise à Johnny Clegg pour cette chanson, il m’avait demandé de ne pas oublier de citer les noms d’illustres militants qui combattaient l’apartheid », a-t-elle expliqué.

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles