Confidences

Virginie Efira se confie sur son adolescence difficile

Covermedia

29.7.2021 - 10:29

Virginie Efira
Covermedia

Virginie Efira sait que se destiner au cinéma quand on est ado et que l’on ne maîtrise pas les codes esthétiques peut vous attirer quelques remarques blessantes. La comédienne s’est confiée au magazine Vanity Fair sur quelques-unes de ses mésaventures de jeunesse.

Covermedia

29.7.2021 - 10:29

Virginie Efira était récemment à Cannes pour monter les marches avec l’équipe de Benedetta. Mais pour arriver à ce statut d’actrice incontestée, cela n’a pas été si simple. La comédienne, en effet, a su très jeune que le cinéma était sa passion et qu’elle voulait devenir actrice. Mais, a-t-elle raconté à Vanity Fair, ses profs la prenaient pour cible et lui lançaient des piques méchantes et sexistes. «On me faisait des blagues très humiliantes. Je me souviens d'un prof de maths qui plaisantait en me disant: "C'est combien, Virginie?"», s’est-elle souvenue. Si sur le moment, l’adolescente a préféré en rire «pour donner le change», elle a compris depuis que ces remarques étaient déplacées, humiliantes et pouvaient modifier son estime de soi: «C'est ensuite que j'ai revisité ces endroits d'humiliation. Ces souvenirs sont devenus des moments de trouble bien plus tard, a-t-elle confié. [...] J'ai appris à changer la perception de ce qui a été vécu comme une honte, une douleur, à en atténuer le sentiment de gravité.»

Reconnaissant qu’elle ne «captait pas les codes», s’habillait «de façon outrancière» et était «hyper maquillée», elle avait reçu le surnom blessant de «force orange» dans son adolescence. Les erreurs de jeunesse en matière de style, on en commet tous... et depuis, Virginie Efira, habillée par les plus grandes maisons, peut conclure sur cette période déplaisante par un joyeux «ça va mieux maintenant!»

Covermedia