Actu people

Will Poulter : des prothèses problématiques dans son dernier film

CoverMedia

9.9.2018 - 09:33

Source: Covermedia

Will Poulter a dû se transformer physiquement pour The Little Stranger. Il a expliqué à Collider avoir a trouvé difficile de porter les prothèses nécessaires à son dernier rôle.

Will Poulter a remporté le BAFTA récompensant la star montante du cinéma en 2014 et a depuis joué dans des films tels que Le Labytrinthe, The Revenant et Detroit.

Dans son dernier film, The Little Stranger, il joue Roderick Ayres, un vétéran de la guerre défiguré qui est soigné pour ses symptômes de SSPT. Dans une interview pour Collider, il a abordé son appréhension initiale quant à son intense transformation physique.

« Je dois être honnête, cela a été une partie importante du défi, pour moi. Je suis assez claustrophobe. Ayant fait des sketchs de comédie très tôt dans ma carrière, j'ai développé une phobie de la colle à prothèse », a-t-il expliqué, ajoutant qu'il devait passer cinq à six heures en maquillage avant d'arriver sur le plateau de tournage.

Cependant, grâce à une équipe « phénoménale », les inquiétudes de l'acteur britannique ont été rapidement apaisées et, étonnamment, c’est enlever ses prothèses qui s'est avéré le plus difficile.

« Curieusement, j'ai en fait trouvé que le démaquillage d'une heure plus difficile que les cinq ou six heures de maquillage, ce qui semble fou, mais c'était juste que la nature du dé-montage était très inconfortable » a-t-il expliqué en riant.

Après The Little Stranger, le jeune acteur de 25 ans va bientôt s'immerger dans un autre film d'horreur. Midsommar, la suite d'Hérédité d’Ari Aster, sorti en début d’année.

« C'est vraiment les conversations avec Ari, en conjonction avec la lecture du scénario, qui m'ont poussé à le faire, a-t-il précisé. Je suis tombé amoureux de mon personnage sur le papier. Il a un point de vue incroyablement perspicace sur le comportement humain. »

Retour à la page d'accueil

CoverMedia