Thierry Beccaro raconte comment il a réussi à s'en sortir

Covermedia

4.11.2021 - 06:25

La jeunesse de Thierry Becarro a été un enfer, il l’a déjà révélé dans un ouvrage. L’animateur a décidé de parler aujourd’hui de sa « résilience » dans un deuxième récit et s’est confié au Parisien sur ce chemin qui « ne se décide pas ».

Covermedia

4.11.2021 - 06:25

Thierry Becarro a vécu une enfance traumatisante, dont il a raconté l’histoire dans «Je suis né à 17 ans», il y a trois ans. L’ancien animateur de l’émission Motus, devenu ambassadeur Unicef, prolonge aujourd’hui son récit par un ouvrage qui met en avant comment l’enfant battu qu’il était a réussi à s’en sortir. «Ma résilience à moi», qui sort le 4 novembre, raconte son long chemin pour se construire.

Dans un entretien avec un journaliste du Parisien, Thierry Becarro (64 ans) explique que les médicaments, calmants et anxiolytiques, l’ont aidé à tenir le coup. « J’ai été sauvé par les médicaments qui permettaient de s’évader, de s’oublier », avoue-t-il tout en précisant qu’« à chaque fois » qu’il était en « état de spasmophilie, qu’(il avait) peur de tomber, de faire une crise de tétanie ou d’angoisse », il y avait recours. Pour autant, Thierry Becarro connaît les risques d’une telle habitude, qui ne l’a d’ailleurs pas quitté.

Les crises de violence de son père s’abattaient essentiellement sur lui quand il était soûl. Cet alcoolisme est pudiquement évoqué dans le titre de la prochaine adaption théâtrale de son premier récit, «L’Amour à la menthe», la menthe étant le parfum des pastilles que son bourreau suçait pour masquer son haleine alcoolisée.

Covermedia