L'armurière dans la tourmente

ATS

1.12.2021 - 01:58

ATS

1.12.2021 - 01:58

L'armurière sur le tournage du western «Rust», lors duquel Alec Baldwin a accidentellement tué une cinéaste en octobre, a déclaré aux enquêteurs qu'elle avait été négligente dans la vérification du revolver. L'arme avait été présentée à l'acteur comme inoffensive.

Actor Alec Baldwin leaves criminal court in New York, Tuesday, Nov. 12, 2013. Baldwin testified Tuesday that he never had a sexual or romantic relationship with Canadian actress Genevieve Sabourin, who accused of stalking him. He said that after they met, she began leaving dozens of voice mails for him a night and eventually started threatening to show up at his homes. (AP Photo/Seth Wenig)
L'arme aurait été présentée à Alec Baldwin comme étant inoffensive.
KEYSTONE

La jeune femme a été interrogée par les policiers, qui cherchent notamment à déterminer comment une munition réelle a pu être introduite sur le tournage du western à petit budget, aboutissant à la mort de la directrice de la photographie, Halyna Hutchins. Cette dernière a été mortellement blessée, lorsque Alec Baldwin a actionné un revolver pendant qu'il travaillait une scène.



Selon un document diffusé mardi par les services du shérif de Santa Fe, dans l'Etat du Nouveau-Mexique, l'armurière a dit aux policiers qu'elle avait chargé cinq cartouches factices dans le revolver juste avant la pause déjeuner.

A la reprise, elle avait extrait l'arme du coffre, où elle l'avait placée, et avait ajouté une sixième cartouche, remettant ensuite le revolver à un autre employé du tournage. Peu après, elle dit avoir entendu une détonation en provenance du plateau.

500 cartouches saisies

La femme a déclaré aux enquêteurs qu'elle n'a «pas vraiment beaucoup vérifié» l'arme, car elle était restée sous clef pendant le déjeuner. Elle avait auparavant affirmé ignorer la présence d'une quelconque munition réelle sur le tournage.

La police a saisi plus de 500 munitions sur le tournage, présentées comme étant un mélange de cartouches à blanc, de cartouches factices et de quelques munitions suspectées d'être bien réelles.

Mardi, les enquêteurs ont fait état de possibles pistes pouvant expliquer la présence de ces munitions réelles, formellement interdites sur les tournages par les règles en vigueur dans l'industrie du cinéma aux Etats-Unis.

L'un des fournisseurs des munitions employées sur le tournage de «Rust», Seth Kenney, a indiqué qu'il avait potentiellement vendu à l'équipe du film des munitions assemblées artisanalement – peut-être à partir d'éléments recyclés – dont le logo correspond à celui figurant sur la cartouche mortelle.

De son côté, le père de l'armurière, lui aussi un armurier de cinéma, a précisé avoir fourni à Seth Kenney des munitions réelles «artisanales» pour les préparatifs d'un film sur lequel ils avaient collaboré auparavant. Il affirme que son collègue ne les lui a jamais restituées.

L'enquête de police se poursuit. Aucune arrestation n'a eu lieu pour l'instant.

ATS