Cannes

Le directeur du Festival de Cannes s'en prend à Netflix

Covermedia

6.7.2021 - 19:24

Thierry Frémaux, le directeur artistique du Festival de Cannes, a bien marqué les différences entre les plateformes de streaming et le rôle de découvreurs des festivals de cinéma, dans sa conférence de presse rapportée par Variety. Il a particulièrement écorné Netflix, qui refuse de suivre la règle pour qu’un film soit présenté à Cannes.

Thierry Frémaux regrette que Netflix ne suive pas les règles. 
Covermedia

Covermedia

6.7.2021 - 19:24

Le directeur artistique du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, s'en est pris à Netflix lors d'une conférence de presse pré-événement lundi 5 juillet, rapportée par Variety. Il espère cependant convaincre la plateforme de participer à la compétition à l'avenir.

Le géant du streaming n'est pas présent au festival, mais son impact sur le monde du cinéma est impossible à ignorer. Les cinémas ont pu se défendre contre les menaces passées comme la télévision et Internet, mais les fermetures par confinement ont fait que les diffuseurs en continu (« streamers ») ont pleinement profité des circonstances extraordinaires. « 2019 a été une grande année pour les films. 2020 a été l'année la plus désastreuse de l'histoire du cinéma », a dramatisé Thierry Frémaux.

Netflix ne suit pas les règles

Le directeur artistique du Festival de Cannes a rappelé que, en revanche, Amazon Prime Video y sera représentée cette année, car la plateforme de streaming suit les règles de Cannes, ce que les patrons de Netflix ne souhaitent pas faire. « La seule chose est que nous avons une règle, à savoir que les films en compétition doivent sortir dans les salles de cinéma françaises, a expliqué Thierry Frémaux. Ce n'est pas une règle très difficile à respecter. Mais Netflix ne veut pas s’y plier, et ne veut pas sortir en compétition. »

Tous les ponts ne sont pas rompus, néanmoins. « Je les ai invités, et nous parlons beaucoup ensemble, entre amis. J'espère que je les convaincrai un jour », a précisé le directeur artistique du Festival de Cannes, qui a cependant noté que le succès des films originaux de Netflix comme Mank et The Irishman reposait sur le travail acharné de cinéastes qui se sont fait connaître via des films projetés en salles. « Quels réalisateurs ont été découverts par les plateformes (de streaming) ? », a-t-il demandé aux journalistes. Ajoutant, narquois : « Nous venons de célébrer l'année dernière les 125 ans de l'invention du cinéma. Donc les plateformes, ça fait, disons, 10 ans ? On verra, dans plus d'un siècle, si on les célébrera. Et pour l'instant, les plateformes ne recrutent que des cinéastes issus du cinéma : Jane Campion, Quentin Tarantino, Andrew Dominik, David Fincher. »

Des plateformes streaming tributaires du Festival de Cannes

Le directeur du Festival de films de Cannes a tenu à marquer la différence entre les plateformes de streaming et le travail des festivals de cinéma, qui mettent en avant les talents. « Et je ne dis pas ça contre les plateformes. Je dis cela parce que nous – le Festival de Cannes, les autres festivals – notre mission est de découvrir, est de mettre de nouveaux noms sur les cartes. Et c'est ce que nous faisons. Donc je ne suis pas sûr que même Netflix ou qui que ce soit puisse faire l'impasse sur le Festival de Cannes. »

Le festival, dont les dates ont été décalées et qui est très modifié, impose au public un respect strict des mesures sanitaires françaises contre le Covid-19. Il ouvert ses portes ce mardi 6 juillet et se poursuit jusqu'au samedi 17 juillet (21).

Covermedia