Première annulée Le film de Peter Luisi réalisé avec l'IA suscite la controverse

ss, ats

6.7.2024 - 09:01

Peter Luisi, le réalisateur de «Ciao-Ciao bourbine» (2023), est en pleine polémique. Il a fait écrire le scénario de son dernier film «The Last Screenwriter» par l'intelligence artificielle (IA). La controverse a conduit à l'annulation de la première à Londres.

Peter Luisi a suscité la polémique avec son dernier film "The Last Screenwriter", dont le scénario est écrit par l'IA (archives).
Peter Luisi a suscité la polémique avec son dernier film "The Last Screenwriter", dont le scénario est écrit par l'IA (archives).
ATS

6.7.2024 - 09:01

La projection était prévue le 23 juin au Prince Charles Cinema, mais a été annulée au dernier moment face aux réserves des exploitants sur l'utilisation de l'IA. «Dès le début, je savais que le thème était délicat et que cela ne laisserait pas le public indifférent», déclare Peter Luisi dans un entretien à l'agence Keystone-ATS.

Il se dit néanmoins surpris par ce qui s'est passé et l'intensité des réactions. Pourtant, cela fait un an que les risques potentiels de l'IA sont au cœur de la grève des scénaristes à Hollywood.

Lancer la discussion

«The Last Screenwriter» raconte l'histoire d'un scénariste qui constate que l'IA peut écrire mieux que lui. Selon Peter Luisi, il s'agit d'une expérience. L'histoire «vise à lancer une discussion et n'a jamais eu d'objectif commercial».

Le cinéaste n'a pas reçu de soutien financier pour ce film. L'œuvre a été financée par des fonds provenant de l'aide au cinéma liée au succès de «Ciao-Ciao Bourbine».

Très sollicité, Peter Luisi affirme qu'il n'a pas d'affinité particulière avec l'IA et qu'il est simplement curieux». Il explique avoir écrit une phrase sur le contenu du film et demandé ensuite à l'IA de rédiger un scénario. «L'IA a livré un résultat étonnamment bon», admet le réalisateur qui a repris quasi intégralement le scénario sans en changer un mot.

«Pas l'auteur du film»

«Je ne suis pas l'auteur du film», souligne-t-il. Mais hormis la trame de l'histoire, le long métrage a été tourné comme n'importe quel autre avec de vrais acteurs dans un vrai décor.

Peter Luisi est conscient que l'IA suscite des inquiétudes. Avons-nous encore besoin de nous, les scénaristes? Mais pour lui, «la censure n'est pas la bonne approche». «Ce n'est pas en détournant le regard que l'IA et les possibilités qu'elle offre vont disparaître», ajoute-t-il.

Après 130 ans d'histoire du cinéma, nous sommes à un moment crucial, selon lui. Il importe désormais d'ouvrir la discussion d'une manière ou d'une autre. Il s'agit de questions concrètes et importantes comme des règles, des lois, des droits d'auteur. «Fermer les yeux sur ces questions est pour moi une approche complètement erronée.»

Critiques à côté

Sur l'annulation de la première à Londres, Peter Luisi regrette la décision mais la respecte. Sous la pression de centaines de réactions avant même la projection, les exploitants ont annulé l'événement.

Selon l'Américano-Suisse, les critiques sont passées à côté du sujet, se limitant à critiquer un scénario écrit par l'IA. Le film a finalement été montré dans une autre salle devant un petit comité. M. Luisi assure que le scénario et la documentation sur la réalisation seront publiés.

ss, ats