«Fancy Dance» Le «génocide d'Amérindiens continue» accuse Lily Gladstone

ATS

22.6.2024 - 07:35

Le «génocide» de peuples autochtones «continue» aux Etats-Unis, accuse la nouvelle star amérindienne du cinéma Lily Gladstone, dans un film de fiction qui confine au documentaire sur la disparition d'une femme d'une tribu de l'Oklahoma.

Pour l'actrice de 37 ans originaire de la réserve des Pieds-Noirs (Blackfeet) dans le Montana, ces disparitions et homicides jamais élucidés ne sont rien moins que le «génocide» de peuples autochtones qui «continue» aux Etats-Unis depuis l'arrivée de premiers colons européens aux XVIe et XVIIe siècles.
Pour l'actrice de 37 ans originaire de la réserve des Pieds-Noirs (Blackfeet) dans le Montana, ces disparitions et homicides jamais élucidés ne sont rien moins que le «génocide» de peuples autochtones qui «continue» aux Etats-Unis depuis l'arrivée de premiers colons européens aux XVIe et XVIIe siècles.
KEYSTONE

22.6.2024 - 07:35

Devenue mondialement célèbre en 2023 pour son rôle, qui lui a valu une nomination aux Oscars, dans «Killers of the Flower Moon» de Martin Scorsese, Lily Gladstone est la pièce-maîtresse de «Fancy Dance» présenté l'an dernier au festival du film indépendant de Sundance, mais sorti seulement vendredi dans quelques salles américaines.

Projeté en avant-première cette semaine à New York -- où l'AFP a rencontré l'équipe de la réalisatrice amérindienne Erica Tremblay -- le film sera sur Apple TV+ à partir du 28 juin.

Pour Lily Gladstone, la force de cette fiction qui a tout d'un documentaire -- écrite, réalisée, produite, jouée presque exclusivement par des femmes amérindiennes -- est de «rendre compte de nos besoins en tant que femmes autochtones, en particulier face aux épidémies de disparitions et de meurtres de personnes indigènes».

Pour l'actrice de 37 ans originaire de la réserve des Pieds-Noirs (Blackfeet) dans le Montana, ces disparitions et homicides jamais élucidés ne sont rien moins que le «génocide» de peuples autochtones qui «continue» aux Etats-Unis depuis l'arrivée de premiers colons européens aux XVIe et XVIIe siècles.

Femme seule et pauvre

Dans «Fancy Dance», qu'elle a également produit, Lily Gladstone incarne Jax, femme seule et pauvre, membre de la nation Seneca-Cayuga dans l'Oklahoma (sud) -- l'une des tribus descendantes des peuples iroquois -- et dont la soeur a disparu.

Confrontée à l'indifférence de la police fédérale (FBI), à l'absence de moyens d'enquête de son frère policier de la réserve (joué par Ryan Begay), Jax se lance à la recherche de sa soeur, aidée par sa jeune nièce (Isabel Deroy-Olson) qui espère retrouver sa mère pour un grand pow-wow, rassemblement traditionnel de nations et de tribus amérindiennes.

Dans l'Etat de l'Oregon (nord-ouest), ces cas de disparitions de femmes autochtones avaient été élevés au rang «d'urgence» dans un rapport officiel en 2019.

Mais plus de quatre ans après, les avancées dans les enquêtes restent «limitées», a dénoncé la semaine dernière la revue américaine d'investigation InvestigateWest.

Les autorités fédérales et régionales américaines ont pris conscience ces dix dernières années du nombre disproportionné de disparitions et de meurtres d'autochtones, en particulier de femmes, souligne ce média d'enquête basé à Seattle, dans l'Etat de Washington dans le nord-ouest.

Reprenant des estimations officielles, InvestigateWest avance qu'à l'échelle du pays, «des milliers» d'affaires de personnes autochtones disparues ou tuées restent non élucidées. Et pour les femmes âgées de 1 à 45 ans, l'homicide est l'une des premières causes de mortalité.

Homicides d'Amérindiennes

La réalisatrice de documentaires Erica Tremblay, 44 ans, membre de la nation Seneca-Cayuga et dont «Fancy Dance» est la première fiction, s'alarme aussi du fait que «les Etats-Unis connaissent actuellement une épidémie de disparitions et d'assassinats de personnes autochtones».

«Un génocide ne s'arrête que s'il atteint son objectif ou si on y met un terme», analyse-t-elle. Erica Tremblay dénonce aussi un «génocide toujours en cours dans l'Amérique aujourd'hui (mais dont) on ne parle pas», notamment en raison de l'incapacité «juridictionnelle» des tribus et nations amérindiennes à «poursuivre ces crimes».

Et, proclame Lily Gladstone, «la situation ne s'améliorera pas tant que ces lacunes juridictionnelles ne seront pas comblées, que la souveraineté ne sera pas rétablie et que les autochtones ne seront pas en position (...) de reprendre (leurs) terres».

ATS