Sur la Croisette

«Baby bump» et combinaisons flashy: les tenues marquantes

AFP

26.5.2022 - 12:34

Il est à lui seul un protagoniste incontournable du Festival de Cannes: le tapis rouge et son parterre de stars qui s'y presse chaque année. Cours de rattrapage des tenues qui ont marqué la 75e édition.

AFP

26.5.2022 - 12:34

Color bloc

Des stars hautes en couleur: sur le tapis rouge, Isabelle Huppert a choisi le vert cette année. La star française a surpris la Croisette avec sa robe-combinaison intégrale, recouvrant même les chaussures et les mains, une tenue drapée signée Balenciaga.

L’Américaine Viola Davis, connue pour ses rôles au cinéma ("La Couleur des sentiments") et la série «Murder», aussi a adopté des couleurs flashy pour cette édition: elle a défilé en robe ample jaune citron, smoking vert pomme ou combinaison rose.

L'actrice française Bérénice Béjo, à l'affiche de «Coupez!» de Michel Hazavinicius, s'est faite remarquer dans une combinaison fuschia moulante et pailletée, une jupe de tulle rouge nouée à la taille.

Dans un autre style, le directeur artistique de la maison Balmain, Olivier Rousteing, est apparu tout de blanc vêtu, jusqu’à ses chaussures à semelles compensées. Il portait un costume oversize orné de broches dorées. 

Baby bump

Elle l'a joué à la manière de la chanteuse et femme d'affaires Rihanna: Adriana Lima, qui a été pendant des années un des anges de la marque de lingerie Victoria's Secret -- dont le défilé était un moment phare de la Fashion Week -- a fait sensation sur le tapis rouge avec ses robes laissant apparaître son ventre de femme enceinte.

À la manière de Rihanna, qui n'a eu de cesse de montrer fièrement son ventre tout au long de sa grossesse, le mannequin brésilien a fait de même à Cannes. D'abord dans une longue robe noire, ouverte uniquement sur le ventre. Puis, dans une tenue safran, d'inspiration ethnique.

À chaque fois, peu ou pas d'accessoires, comme si le message -- celui d'une maternité triomphante -- résidait uniquement dans son ventre. 

Diva ibère

En tailleur noir version femme fatale, en robe de soirée fuschia façon star hollywoodienne ou en bermuda blanc «so chic»: l'Espagnole Rossy de Palma a illuminé le tapis rouge avec ses tenues à la fois fantaisistes et recherchées.

L'actrice fétiche de Pedro Almodovar, 57 ans, membre du jury de la Caméra d'or -- qui récompense un premier film -- a aussi misé sur les accessoires pour parfaire ses looks: lunettes noires, éventail, longues boucles d'oreilles, longues traines accompagnant ses robes... Rien n'a été laissé au hasard. 

Aya: less is more

Comme un air de Kim Kardashian? L'artiste francophone la plus streamée au monde, Aya Nakamura, a foulé, pour la première fois, le tapis rouge dans une longue robe noire moulante dévoilant son dos, évoquant celle qu'avait portée la star et femme d'affaires américaine, Kim Kardashian, lors du Met Gala de 2021.

La différence? Si l'ex de Kanye West était apparu le visage entièrement couvert, l'interprète de «Dadja» était elle, coiffée d'un élégant chignon, suivant à la lettre le précepte: «Less is more».  

Deepika: le glam' bollywoodien

Classée en 2018 par le magazine Time parmi les 100 personnes les plus influentes au monde, l'actrice indienne Deepika Padukone, 36 ans, est LE membre du jury qui s'impose comme le lauréat de la Palme d'or du style. 

Sa marque de fabrique? D'impressionnantes robes colorées, souvent drapées. Comme sa magnifique robe bustier orange, agrémentée de boucles d'oreilles vertes. Mais surtout, Deepika Padukone est la reine de l'accessoire: bandeaux dans les cheveux, immenses boucles d'oreilles, colliers... 

AFP