Commerce mondial

Réunion UE-Chine en octobre sur l'OMC

ATS

26.9.2018 - 18:47

L'UE va discuter avec la Chine de ses pistes pour une réforme de l'OMC à Genève (archives).
Source: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

L'UE avance dans ses efforts pour trouver des solutions aux tensions commerciales actuelles et pour une réforme de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Des représentants européens se rendront en octobre à Pékin pour rencontrer leurs homologues chinois.

Ils seront emmenés par le directeur général au commerce à la Commission européenne Jean-Luc Demarty, a indiqué mercredi à Genève à plusieurs journalistes une source proche de ces discussions. Celle de la Chine sera dirigée par le vice-ministre chinois du commerce Wang Shouwen qui avait participé il y a quelques semaines à des pourparlers aux Etats-Unis.

Le groupe de travail entre l'UE et Pékin avait été décidé lors d'un sommet entre ces deux parties il y a quelques mois. Dans un contexte de tensions après les taxes américaines sur l'importation de plusieurs produits qui avaient lancé une guerre des tarifs douaniers avec la Chine. Aucun détail supplémentaire n'a été donné sur la rencontre prévue à Pékin, alors que la Commission avait dévoilé la semaine dernière ses pistes pour une réforme de l'OMC.

Celle-ci avait été demandée par le président américain Donald Trump qui menace de sortir son pays de l'organisation. Comme les Etats-Unis, l'UE affirme que le système multilatéral ne répond pas suffisamment aux distorsions commerciales provoquées par la Chine. Pékin est accusé de subventionner massivement son économie, de violation de propriété intellectuelle et de transferts de technologies forcés.

La Commission veut "mettre à jour les règles du commerce international", "renforcer le rôle de surveillance de l'OMC" et trouver un moyen de "surmonter le blocage" par les Etats-Unis du renouvellement de juges au sein du tribunal d'appel de l'organisation. Outre ce dialogue avec la Chine, l'UE s'est réunie mardi avec ses homologues américains et japonais.

Les trois acteurs ont dénoncé les pratiques commerciales déloyales, sans mentionner la Chine. L'UE souhaite que des négociations formelles sur le contenu d'une réforme puissent démarrer dans la première partie de 2019, au moins entre un premier groupe d'Etats.

Retour à la page d'accueil

ATS