St-Prex Accord sur un plan social pour la verrerie Vetropack

beko, ats

22.6.2024 - 21:47

Le fabricant d'emballages Vetropack annonce être parvenu à un accord avec les représentants des salariés et les syndicats sur un plan social pour son site de St-Prex (VD). Celui-ci s'applique à tous les collaborateurs concernés par les suppressions de postes.

Un plan social a été trouvé pour les collaborateurs de Vetropack à St-Prex (VD) concernés par les suppressions de postes (archives).
Un plan social a été trouvé pour les collaborateurs de Vetropack à St-Prex (VD) concernés par les suppressions de postes (archives).
sda

22.6.2024 - 21:47

La proposition de plan social préparée par Vetropack a été discutée et développée au cours des dernières semaines, indique le groupe samedi dans un communiqué. Les deux parties sont parvenues vendredi à un accord après des discussions difficiles.

Le plan social comprend tous les éléments déjà annoncés à la mi-mai, tels que indemnités de départ, primes ainsi que prestations en cas de potentielles retraites anticipées. Un Job Center dédié aidera les collaborateurs à trouver de nouveaux emplois.

Grève suspendue

Les employés de la verrerie s'étaient mis en grève fin mai pour réclamer de «vraies négociations», estimant que la direction de l'entreprise restait sourde à leurs revendications. Le mouvement avait été provisoirement suspendu quelques jours plus tard après l'obtention de garanties sur les négociations du plan social.

Vetropack avait fait part de son «soulagement», en expliquant que l'entreprise pouvait à nouveau livrer ses clients depuis St-Prex. Le souhait d'un retour au calme était aussi celui de la ministre vaudoise de l'économie Isabelle Moret, qui avait dit son «inquiétude» au sujet de la tension régnant à St-Prex. Elle avait appelé les différentes parties prenantes à «recréer la confiance» et à négocier un plan social «solide et respectueux.»

Confirmée mi-mai, la fermeture de l'usine de St-Prex doit entraîner la suppression d'environ 180 postes. La moitié des contrats seront résiliés jusqu'au 31 août. Les autres postes seront biffés progressivement jusqu'en 2026, afin de permettre le démontage des machines et des installations.

beko, ats