Coca-Cola mise sur l'accélération de la vaccination pour ses ventes

afp

19.4.2021 - 18:05

afp

19.4.2021 - 18:05

Le géant américain des boissons non-alcoolisées Coca-Cola, qui a pâti en 2020 de l'impact de la pandémie sur ses ventes dans les restaurants ou les cinémas, a dépassé les attentes au premier trimestre et mise pour la suite sur la vaccination contre le Covid-19.

Coca-Cola a vu ses ventes revenir en mars à leur niveau de 2019 et s'attend pour l'exercice en cours à une croissance organique comprise entre 5 et 10%. (archives)
ATS

Les tendances sur les volumes vendus «se sont améliorées de façon régulière chaque mois, tirées par la reprise sur les marchés où les incertitudes liées au coronavirus se résorbent», a souligné le groupe dans un communiqué lundi.

Les ventes organiques, qui n'incluent pas les éventuelles acquisitions, ont notamment bondi de 18% dans la région Asie-Pacifique et de 8% en Amérique latine. Elles ont progressé plus modestement, de 4%, en Amérique du Nord, et ont reculé de 7% dans la région Europe/Moyen-Orient/Afrique.

Signe encourageant, selon l'entreprise: en mars, les volumes de ventes sont revenus à leur niveau de 2019.

«Le chemin de la reprise reste cependant très variable en fonction des pays», avertit Coca-Cola.

«Nous sommes encouragés par les améliorations de notre activité, en particulier sur les marchés où la disponibilité des vaccins s'améliore et où l'économie s'ouvre, et nous restons confiants dans nos prévisions annuelles», a souligné le PDG de la société, James Quincey, dans le communiqué.

Coca-Cola s'attend toujours à une croissance de son chiffre d'affaires organique de 5% à 10% sur l'ensemble de l'année et à une croissance de son bénéfice par action de 5% à 15%.

Sur les trois premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires de Coca-Cola a progressé de 5% à 9,02 milliards de dollars (8,26 milliards de francs), soit plus que les 8,57 milliards attendus par les analystes.

Son bénéfice net a reculé de 19% pour atteindre 2,24 milliards de dollars. Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, la référence à Wall Street, il s'affiche à 55 cents, là où les analystes s'attendaient à 50 cents.