Electricité La Suisse, dépendante de la France, est sous tension

ck

22.11.2022 - 16:09

Alors que RTE, le gestionnaire français du réseau de transport d'électricité, évoque d'éventuelles coupures de courant dans l'Hexagone en janvier, l'Elcom a souligné la dépendance de la Suisse à son voisin lors des mois d'hiver.

Les importations en provenance de France «contribuent largement à couvrir les besoins structurels d'importation de la Suisse pendant le semestre d'hiver». (image d’illustration)
Les importations en provenance de France «contribuent largement à couvrir les besoins structurels d'importation de la Suisse pendant le semestre d'hiver». (image d’illustration)
KEYSTONE

ck

22.11.2022 - 16:09

«Les risques sont moins importants pour la Suisse que pour la France, mais en raison des besoins structurels d'importation durant le semestre d'hiver, il existe tout de même une dépendance vis-à-vis de la disponibilité des exportations de la France», a indiqué mardi la Commission fédérale de l'électricité (Elcom) à l'agence AWP.

Les importations en provenance de France «contribuent largement à couvrir les besoins structurels d'importation de la Suisse pendant le semestre d'hiver».

Au cours des derniers semestres hivernaux, le pays a ainsi importé environ 7 à 10 térawattheures (TWh) de son voisin d'outre-Jura, une partie étant utilisée pour du transit, a précisé l'autorité fédérale de régulation.

Un risque «élevé» de tensions sur le réseau français

Or, la France pourrait connaître des coupures de courant si ses habitants, ses collectivités et ses entreprises ne réduisent pas leur consommation électrique en janvier. La semaine dernière, le gestionnaire RTE a estimé qu'il existait désormais un risque «élevé» de tensions sur le réseau électrique français en janvier, en raison du redémarrage plus lent que prévu de réacteurs nucléaires EDF à l'arrêt.

RTE a assuré qu'en «aucun cas, la France ne court un risque de 'black-out', c'est-à-dire de perte de contrôle totale du système électrique».

Prix toujours élevés

Si ces coupures se concrétisaient, il n'y aura pas forcément d'impact technique sur le réseau suisse, «mais cela entraînerait une tension supplémentaire de la situation», a fait savoir l'Elcom. De plus, la disponibilité moindre des centrales hexagonales affectent les prix en Suisse. Pour janvier prochain, ils atteignent environ 370 euros par mégawattheure et pour février autour de 425€/MWh, contre moins de 300€ par MWh en janvier 2022.

La Commission se veut toutefois rassurante, en comparant la situation de son voisin où le prix de base se négocie actuellement à 700 euros/MWh et celui des heures de pointe à 1400 euros/MWh pour janvier, «notamment parce que la consommation d'électricité en Suisse dépend moins de la température qu'en France et que l'on se chauffe moins à l'électricité en Suisse qu'en France».

«Pas possible de faire des prévisions pour janvier 2023»

Les importations nettes sur un mois représentent environ 1 à 2 TWh. En janvier dernier, 1,4 TWh avaient été acheminés depuis l'Hexagone, contre 1,3 en 2021 et 1,6 en 2020. Les quantités étant «guidées par le marché, il n'est donc pas possible de faire des prévisions pour janvier 2023».

Dans ce contexte, l'Elcom explique que «des importations supplémentaires, moins d'exportations vers les pays voisins ou des réductions de la consommation (notamment dans l'industrie) sont des réactions possibles en cas de pénurie annoncée», sans oublier la campagne générale d'économie d'énergie lancée par le Conseil fédéral.

ck