Alimentation

Emmi étoffe ses recettes et soigne sa rentabilité

buc

18.8.2021 - 08:59

Le transformateur de produits laitiers Emmi a étoffé ses ventes et amélioré sa rentabilité au cours des six premiers mois de 2021, surpassant les expectatives du marché.

buc

18.8.2021 - 08:59

Le géant lucernois des produits laitiers a pris de l'embonpoint sur les six premiers mois de 2020, malgré des difficultés persistantes sur son marché indigène. (archive)
ATS

Fort de sa performance, le groupe lucernois a revu en légère hausse ses projections de croissance pour l'ensemble de l'exercice.

Les recettes semestrielles ont crû de 6,2% à près de 1,89 milliard de francs. En termes organiques, c'est-à-dire ajustée des effets de change et d'acquisition, la croissance est ramenée à 3,7%, signale Emmi mercredi dans un communiqué. L'ensemble des divisions a contribué à l'évolution positive, à l'exception du marché de référence helvétique (-3,3% à 802 millions).

«Alors que notre croissance à l'échelle internationale a dépassé nos attentes, les affaires en Suisse stagnent comme prévu au niveau d'avant la crise après un premier semestre 2020 record, avec la poursuite de pertes importantes dans les secteurs des services alimentaires et de la clientèle industrielle», explique le directeur général (CEO) du groupe, Urs Riedener.

Prévisions revues à la hausse

La progression du chiffre d'affaires a permis à Emmi de dégager un résultat avant intérêts et impôts (Ebit) de 129,4 millions de francs, soit 15,5% de mieux que sur la même période un an plus tôt, pour une marge correspondante de 6,9%, en hausse de 60 points de base. Le bénéfice semestriel s'est quant à lui enrobé de 21,4% à 98,7 millions.

Si le chiffre d'affaires et l'Ebit dépassent les projections les plus optimistes brossées par les analystes du consensus AWP, la marge Ebit se situe dans le haut des prévisions.

En dépit de la pression accrue attendue au second semestre en raison de l'augmentation des coûts de production et les risques de change, la direction d'Emmi a revu légèrement à la hausse ses prévisions de croissance organique pour l'année en cours et vise désormais une fourchette de 2-3%, contre 1-2% jusqu'ici. La barre fixée pour l'Ebit – 275 à 290 millions – et pour la marge bénéficiaire nette – 5,2 à 5,7% – est en revanche confirmée.

buc