Les ventes au détail britanniques chutent de 8,2% en janvier

afp

19.2.2021 - 09:23

Les ventes au détail au Royaume-Uni ont chuté de 8,2% en janvier sur un mois, la baisse la plus sévère depuis avril 2020, en raison du nouveau confinement dans le pays, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques.

La baisse de plus de 8% des ventes au détail au Royaume-Uni en janvier est la plus sévère depuis celle de près de 20% observée en avril 2020, au plus fort de la crise sanitaire. (archives)
ATS

Elles se sont effondrées dans l'habillement ou les biens domestiques sous le coup de la fermeture des commerces non essentiels, mais elles ont légèrement progressé dans l'alimentaire, selon un communiqué.

La baisse des ventes au détail sur un mois n'avait pas été si brutale depuis l'effondrement de 18% en avril en plein confinement à la suite de l'apparition de la pandémie.

«Toutefois, la baisse observée cette fois n'est pas aussi forte que le premier confinement puisque certains commerces se sont adaptés aux circonstances, avec des services comme le retrait de commandes en magasins, ce qui a permis d'amortir la baisse», souligne Jonathan Athow, statisticien à l'ONS.

Ventes en ligne à la hausse

Tous les types de commerce ont enregistré une hausse de leurs ventes en ligne en janvier, notamment dans l'alimentaire où elles ont atteint la part record de 12,2% du total.

Les ventes au détail sont désormais 5,5% en dessous de leur niveau de février 2020 avant le déclenchement de la crise sanitaire dans le pays.

L'ONS a publié par ailleurs les chiffres des finances publiques pour janvier.

Le déficit public s'est établi à 8,8 milliards de livres (un peu plus de 11 milliards de francs), soit un plus haut pour janvier depuis le début de la collecte des données en 1993. C'est également le premier mois de janvier en déficit depuis dix ans.

Mesures de soutien gouvernementales

Au total, sur les dix premiers mois de l'exercice budgétaire (achevé fin mars), le déficit public atteint le niveau record de 270,6 milliards de livres, avec une dette qui dépasse les 2100 milliards de livres.

Ces chiffres reflètent le coût des mesures de soutien déployées par le gouvernement face au choc de la pandémie, avec notamment le dispositif de chômage partiel.

Le ministre des Finances Rishi Sunak devrait attendre avant d'augmenter les impôts et profiter du prochain budget le 3 mars pour se consacrer encore à la protection des emplois et à accompagner l'économie dans sa reprise une fois les restrictions levées grâce à la campagne de vaccination.

Mais «il est juste qu'une fois que notre économie commence à repartir, nous regardions comment ramener les finances publiques sur une trajectoire plus durable et je serai honnête avec les Britanniques sur la manière dont nous nous y prendrons», déclare M. Sunak dans un communiqué vendredi.

Retour à la page d'accueil

afp