Services financiers

Gestion de fortune traditionnelle sous pression de nouveaux acteurs

buc

8.9.2021 - 11:58

buc

8.9.2021 - 11:58

Dans un contexte marqué par le niveau historiquement bas des taux d'intérêts, l'activité de gestion de fortune a le vent en poupe en Suisse. L'arrivée sur le marché de nouveaux acteurs numériques met cependant les opérateurs traditionnels de la branche sous pression.

Les patrimoines administrés par les nouveaux acteurs numériques connaissent une croissance constante, bien que lente jusqu'ici. (Archives)
ATS

En moyenne, la gestion d'un portefeuille d'actions de 1 million de francs est facturé 13'667 francs par an par une banque universelle, contre 6214 francs pour un prestataire numérique. C'est ce que révèle une étude de Moneyland publiée mercredi.

Pour un mandat d'actions – composé à 80-100% de titres à dividende – les opérateurs traditionnels demandent un montant forfétaire de 1,4% pour des volumes compris entre 250'000 et 500'000 francs, auxquels s'ajoutent des coûts de produit liés aux fonds engagés, qui selon les experts de Moneyland peuvent s'avérer aussi chers que le mandat.

Pression sur les prix

«L'importance de la gestion de fortune pour les banques suisses augmente», constate Benjamin Manz, directeur du comparateur en ligne, cité dans le document. Il précise que les patrimoines administrés par les nouveaux acteurs numériques connaissent une croissance constante, bien que lente jusqu'ici.

«C'est aussi la raison pour laquelle les frais dans la gestion de fortune traditionnelle n'ont pas beaucoup changé ces dernières années en Suisse», poursuit le responsable, qui prédit cependant aux offres en ligne une nette accélération. Les mandats les plus chers recensés dans l'étude sont ceux de Credit Suisse (19'500 francs) et UBS (18'500 francs).

Le conseil en placement, qui devrait – contrairement à la gestion patrimoniale proprement dite – en théorie permettre au client d'avoir «le dernier mot», selon les auteurs de l'étude, présente souvent une structure de coûts similaire.

De nombreuses banques offrent plusieurs mandats de conseil qui diffèrent en termes de frais et de services, les plus coûteux comprenant normalement «davantage de services de conseil et des frais moins élevés pour des opérations boursières indépendantes».

Pour un portefeuille d'actions de 250 000 francs, la fourchette de prix oscille par exemple chez Credit Suisse entre 1250 francs pour une offre d'entrée de gamme (Invest Compact) et 8625 francs pour un produit premium (Invest Expert).

Pas de conseil

S'ils sont sensiblement moins chers que leurs pendants traditionnels, les prestataires de services numériques n'offrent quant à eux pas de services de conseil. Selon les experts de Moneyland, les montants que la clientèle de ces nouveaux acteurs est disposée à investir sont sensiblement inférieurs.

Ainsi, pour un portefeuille de 25'000 francs, les frais totaux – forfait et produits – ne dépassent pas les 200 francs par année chez Findependent et True Wealth. Certaines banques traditionnelles proposent également des offres numériques, comme Raiffeisen (237 francs), Postfinance (250 francs) ou encore Vontobel (390 francs).

Lorsque le montant d'investissement est porté à 1 million, le prix du mandat représente 0,62% du total, auquel s'ajoutent 0,28% de frais liés aux produits. Les coûts totaux facturés à la clientèle restent ainsi en moyenne inférieurs à 9000 francs.

buc