Marchés financiers

La Bourse suisse devrait connaître un 2e semestre faste

fr

14.7.2021 - 09:41

fr

14.7.2021 - 09:41

Les perspectives de reprise économique et d'inflation devraient inciter les investisseurs à se ruer sur la Bourse suisse. Après un fort repli au premier semestre, les volumes de négoce devraient se montrer plus vigoureux au cours des six derniers mois de 2021.

Entre janvier et juin, les volumes ont reculé de 40% sur un an à quelque 33,7 millions de transactions, pour un chiffre d'affaires de 694,54 milliards de francs (-32%). SIX a constaté une hausse en juin après un net tassement en avril et en mai (archives).
ATS

Les courtiers actifs sur la place zurichoise se montrent optimistes, «car l'économie mondiale semble repartir plus vite et plus fort que prévu», indique André Buck, responsable des ventes chez SIX, l'opérateur de la Bourse suisse, cité dans un communiqué diffusé mercredi.

De l'avis des sondés, l'inflation constitue le principal facteur pouvant stimuler les volumes au cours du deuxième semestre. Il y a quelques semaines, le renchérissement avait suscité des craintes au sein des marchés financiers, les intervenants pensant que les tendances inflationnistes pourraient sonner le glas des politiques monétaires accommodantes et des torrents d'argent bon marché que les banques centrales déversent depuis de longs mois sur les places boursières.

L'inflation est le facteur d'influence sur les volumes le plus cités dans le sondage, à hauteur de 48%, contre 46% pour la reprise économique. En comparaison, les élections législatives allemandes (4%), les conflits commerciaux entre la Suisse et l'Union européenne (1%) ou la crise climatique (1%) font pâle figure.

Même en cas de forte hausse des échanges à la Bourse suisse, l'opérateur SIX affirme être en mesure d'absorber le choc. «Les systèmes de la Bourse suisse seront prêts pour les volumes additionnels», assure M. Buck.

Les entreprises évoluant autour de la Bourse suisse affichent également leur confiance. Pour 40% des personnes interrogées, leur société va connaître une croissance au cours des trois prochaines années, contre une part de 18% à fin 2019, précise le communiqué. Les traders tablant sur de nouvelles embauches sont désormais plus nombreux (13%) que ceux prévoyant un réduction des effectifs (10%).

L'enquête a été menée auprès de 1900 courtiers enregistrés en Europe au cours du 2e trimestre.

En termes de volumes, la Bourse suisse a connu un premier semestre en deçà des pics historiques atteints l'exercice précédent, marqué par une forte volatilité en raison de l'éclatement de la pandémie de coronavirus. Entre janvier et juin, les volumes ont reculé de 40% sur un an à quelque 33,7 millions de transactions, pour un chiffre d'affaires de 694,54 milliards de francs (-32%). SIX a constaté une hausse en juin après un net tassement en avril et en mai.

fr