La Ligurie est bien à risque, confirme Berne

ATS

26.9.2020 - 14:47

Une vue du port de Gênes, chef-lieu de la région de Ligurie, désormais région à risque coronavirus, selon l'OFSP.
Source: KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) confirme sa décision de placer la Ligurie sur la liste des régions à risque pour le coronavirus. Les autorités de cette région touristique avaient demandé vendredi à Berne de faire marche arrière.

La Confédération analyse la situation dans les pays voisins sur une base régionale, a rappelé samedi l'OFSP, contacté par l'agence Keystone-ATS. Avec une incidence sur 14 jours de 80 cas pour 100'000 habitants, la Ligurie représente bien une région avec un risque accru en lien avec le Covid-19. Une différenciation plus fine au sein d'une région n'est pas possible, ajoute l'OFSP.

La Ligurie figure ainsi dans la liste des régions à risque à compter du lundi 28 septembre. Les personnes revenant de ces pays et régions doivent se soumettre à une quarantaine de dix jours. Cette liste est actualisée régulièrement en fonction de l'évolution de la situation, souligne encore l'OFSP.

Vendredi, les autorités ligures avaient fait valoir que le dépassement de la limite de 60 cas pour 100'000 habitants en 14 jours est essentiellement dû à un foyer à La Spezia.

Intervention auprès du Consul général

La région est ainsi intervenue auprès du Consul général de Suisse en Italie, a indiqué vendredi soir l'agence italienne Ansa. Elle a aussi informé le ministre italien des affaires étrangères Luigi Di Maio.

Les autorités ligures jugent que la décision suisse est faussée par la situation «non-homogène» dans cette région. La Confédération doit revenir sur sa décision, ou alors ne l'appliquer que pour les zones les plus touchées par l'épidémie, exigent-elles.

La valeur de 70 cas pour 100'000 habitants (valeur indiquée par les autorités ligures, selon Ansa) est entièrement due au foyer observé dans la région de La Spezia, une ville portuaire située à une centaine de kilomètres à l'est de Gênes, affirment encore les autorités régionales, selon lesquelles ce «cluster» est en diminution. Le reste du territoire régional reste majoritairement en dessous du paramètre d'alerte.

Près de 60 pays concernés

L'OFSP a revu vendredi sa liste des pays et régions nécessitant une quarantaine de dix jours au retour en Suisse.

Les Suisses sont invités à éviter de se rendre en Belgique, au Danemark, en Équateur, en Irlande, en Islande, en Jamaïque, au Luxembourg, au Maroc, au Népal, aux Pays-Bas, à Oman, au Portugal, en Slovénie, en Hongrie et au Royaume-Uni. Le Kosovo et St-Marin ont par contre été retirés de la liste.

La liste mise à jour comprend également les régions de Bretagne en France et différents Länder autrichiens. Sur la base de la liste élaborée et adaptée régulièrement par l'OFSP, la quarantaine est désormais obligatoire après avoir séjourné dans 59 pays.

Retour à la page d'accueil