Services financiers

La rémunération de l'épargne remonte chez les petites banques

al

10.1.2023 - 07:08

Les petites banques cantonales et les établissements régionaux ont pris les devants en matière de rémunération des comptes d'épargne. Les grands groupes bancaires trainent par contre encore des pieds pour suivre le mouvement.

La Banque cantonale de Zoug mène le classement des étalbissements les plus généreux en matière de rémunération de l'épargne. (archive)
La Banque cantonale de Zoug mène le classement des étalbissements les plus généreux en matière de rémunération de l'épargne. (archive)
ATS

al

10.1.2023 - 07:08

En moyenne, les taux d'intérêt ont rebondi à 0,19% en janvier, comparé à 0,04% il y a encore un an, a indiqué le portail de services financiers Moneyland.ch mardi dans une étude. «Il s'agit d'une bonne nouvelle en début d'année pour les épargnants», a souligné Benjamin Manz, son directeur général.

Ce sont majoritairement les petits établissements cantonaux à avoir agi, depuis que la Banque nationale suisse (BNS) a progressivement renoué en 2022 avec un taux directeur positif. La Banque cantonale de Zoug propose ainsi un taux d'intérêt sur son compte d'épargne de 0,65% la première année, suivie par ses homologues de Lucerne (0,6%) et de Schaffhouse (0,6%), selon le relevé de Moneyland.ch.

De petits établissements régionaux comme Clientis Spar- und Leihkasse Thayngen (0,55%) ou Crédit Agricole Next Bank (0,5%), filiale helvétique du groupe bancaire français éponyme, sont également référencés.

Parmi les grands établissements, la Banque cantonale de Zurich (0,5%) et Postfinance (0,4%) font exception, alors que Raiffeisen (0,1%), Credit Suisse (0,01%) et UBS (0%) suivent loin derrière dans le classement.

Moneyland.ch avertit cependant que les taux plus généreux sont souvent couplés à des conditions spécifiques, notamment en matière de retrait ou de montant maximal de dépôt.

La hausse des taux est également à relativiser en raison de l'envolée de l'inflation, qui a atteint 2,8% en moyenne l'année dernière en Suisse. Au niveau réel, soit apuré du renchérissement, les épargnants sont encore perdants, a souligné M. Manz.

al